• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Sidaction : pourquoi faut-il encore se mobiliser en Paca et ailleurs ?

Sidaction 2019 c'est les 5 et 6 avril / © IP3 PRESS/MAXPPP
Sidaction 2019 c'est les 5 et 6 avril / © IP3 PRESS/MAXPPP

Vendredi 5 avril, le Sidaction lance sa 25ème édition. Après 25 ans de lutte contre le VIH, il est toujours aussi important de mobiliser et de sensibiliser. La région Paca est encore la 2ème région la plus touchée de France. 
 

Par PG

Vingt-cinq ans après la première édition du Sidaction, alors que les traitements ont progressé, le nombre de porteurs du VIH en France est évalué à environ 172.000, dont 24.000 sont séropositifs sans le savoir.

La région Paca est toujours la deuxième région la plus touchée de France, après la région parisienne. Réseau Santé Marseille Sud accompagne chaque année près de 270 personnes sur Marseille.

Si la prise en charge médicale a fortement progressé, les patients souffrent encore parfois d'une détresse émotionnelle. Car le Sida fait peur et les discriminations sont encore nombreuses.

Comment vit-on avec le VIH ?

A Marseille, le Réseau Santé Marseille Sud, agit pour améliorer la prise en charge des personnes vivant avec le VIH.

La structure permet de coordonner les différents professionnels de santé, mais également de mieux soutenir ces personnes. Orientation, insertion professionnelle, aide financière ou aides pour trouver un logement, l'objectif est de prendre en compte tous les aspects médicaux et sociaux afin de maintenir un parcours de soin.

"Certains malades vivent des situations cahotiques et c'est très difficile de continuer un traitement quand on est dans une telle précarité", explique Marjorie Mailland, coordinatrice de l'association.

"En France, c'est tellement tabou et discriminant. Nous offrons des espaces de rencontres, de soutien, pour que les personnes se sentent moins seules".

En 2017, 6000 français ont découvert leur séropositivité. Dans le monde, c'est 1,8 million de nouvelles infections. Des chiffres qui donnent le tournis. Alors, 25 ans après le premier Sidaction, il est toujours nécessaire de rappeler que le SIDA tue … environ 1 million de personnes chaque année dans le monde.

Sidaction vient de publier un sondage selon lequel 23% des jeunes s'estiment mal informés, soit deux fois plus qu'en 2009. "C'est le niveau le plus haut atteint depuis 10 ans", selon l'association.

23% des 15-24 ans pensent qu'il existe des médicaments pour guérir du sida, contre 13% en 2009, selon ce sondage Ifop-Bilendi réalisé en ligne fin février auprès d'un échantillon représentatif de 1.000 personnes.

Il n'existe toujours pas de vaccin

Depuis la découverte du VIH en 1983, la recherche scientifique a fait d’énormes progrès. Le challenge depuis le début des années noires a toujours été de trouver un vaccin. 

Serawit Bruck-Landais est directrice des programmes scientifiques pour Sidaction. L'association finance différents programmes en France, mais aussi en Afrique francophone. Selon elle, depuis 25 ans, il y a eu beaucoup de déception concernant ce vaccin, car le virus est complexe.

"Il mute en permanence, et change de données génétiques. Il infecte aussi des cellules essentielles à la réponse immunitaire. C'est pour cela qu'un vaccin est difficile à concevoir", explique Serawit Bruck-Landais

Des essais en cours, pour un résultat en 2021

D'après la directrice, la nouvelle stratégie, est de "stimuler le sytème immunitaire, en injectant le virus sous plusieurs formes, de sorte que les cellules reconnaissent son évolution". Les résultats de ces recherches devraient aboutir à l'horizon 2021.

Les traitements des patients également. En France, 76% des personnes vivant avec le virus sont sous traitement antirétroviral, et 97 % d’entre elles ont une charge virale indétectable, c’est-à-dire que la quantité de virus présente dans leur sang est très faible. Elles ne transmettent plus le virus.

Mais on n’en guérit toujours pas. Et l’épidémie est toujours là. Dans le monde, 36.9 millions de personnes vivent avec le virus.

Le dépistage du VIH est gratuit / © IP3 PRESS/MAXPPP
Le dépistage du VIH est gratuit / © IP3 PRESS/MAXPPP

Il est indispensable de se faire dépister

Alors si les traitements sont si efficaces, pourquoi meurt-on encore du Sida ? Simplement parce qu’il est indispensable de connaître son statut le plus tôt possible. Une personne, détectée séropositive, donc porteuse du virus, pourra bénéficier de ces traitements antirétroviraux. A ce stade, il n’y a pas de signes cliniques de la maladie.

A l’inverse, une personne qui apprend qu’elle a déjà contracté la maladie du SIDA, aura son système immunitaire attaqué. Les traitements perdent de l’efficacité, et de nombreuses autres pathologie affaiblissent le patient.

En France, on estime que 25 000 personnes ignorent leur séropositivité. Et 30% des personnes détectées sont déjà à un stade avancé de la maladie.

Le dépistage est gratuit, il ne faut pas l’oublier

Pour Serawit Bruck-Landais, la seule solution pour éradiquer un jour le VIH est de continuer à parler de la maladie, et de s’informer. "Les années noires sont passées, et le public a oublié le VIH. Les médecins ont également perdu le réflexe de proposer des dépistages", déplore-t-elle.

Partout en France, il y a des points de dépistages gratuits. Il est possible également d’acheter un test en pharmacie.

Comment soutenir le Sidaction en Paca? 

MARSEILLE à partir du 4 avril : 
Des boîtes à dons sont mises en place chez les commerçants du centre-ville par le Réseau Santé Marseille Sud.

Vendredi 5 avril:

  • Stand d’information et de collecte à l’hôpital Européen de 10h à 15h en présence du personnel de l’hôpital, des volontaires de l’association Unis-Cité et du Réseau Santé Marseille Sud.
  • Projection du film « Plaire, aimer et courir vite » à 19h30 au cinéma le César. Un don sera demandé aux spectateurs et intégralement reversé à Sidaction.

Samedi 6 et dimanche 7 avril:

  • Les membres du Réseau Santé Marseille Sud animeront un stand au MUCEM de 11h à 16h.

NICE
Vendredi 5 avril:

  • Le Centre LGBT Côte d’Azur organise une course en talons et lancer de sacs à main de 19h à 22h place du Pin.
  • Soirée au Kult organisée par le bureau des étudiants kiné de Nice au profit de Sidaction.

Lundi 8 avril:

  • Vente aux enchères au Malabar Station à partir de 19h.

A Marseille, info & dépistage:
Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostics
3 Boulevard Longchamp
13001 MARSEILLE - 04 91 14 05 15

A lire aussi

Sur le même sujet

Label Tourisme et Handicap, état des lieux.

Les + Lus