2 ans de prison avec sursis pour un ex-sous-officier qui détournait des photos porno

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anne Le Hars
 Le parquet avait requis 2 ans de prison avec sursis contre ce militaire.
Le parquet avait requis 2 ans de prison avec sursis contre ce militaire. © F3

Un ancien sous-officier de la Marine, qui détournait des photographies de ses collègues et les mettait en scène via des montages sur des sites pornographiques, a été condamné ce lundi à Marseille à deux ans de prison avec sursis.

Maxime Bourgeois, 33 ans, qui avait le grade de maître et était en poste dans le sud de la France, avait été exclu de la Marine nationale en 2010. Il lui était reproché d'avoir récupéré les photographies de plusieurs dizaines de ses collègues féminines sur les trombinoscopes des bases de Nîmes et de Hyères notamment, mais aussi sur des sites comme Facebook ou Copains d'avant, puis de les détourner et de les mettre en scène sur des sites pornographiques.

Il devra en outre indemniser 38 parties civiles

Le tribunal spécialisé en matière militaire l'a également condamné à une mise à l'épreuve de deux ans et à l'obligation de suivre un traitement, et a rejeté
la demande de non-inscription de sa condamnation au casier judiciaire. Il devra en outre indemniser 38 parties civiles --déboutées de leur demande d'indemnisation pour un préjudice physique, mais reçues en leur demande pour un préjudice moral-- à hauteur de 1.000 à 4.000 euros, pour un total de 69.000 euros. 

"Nous sommes très heureux de cette décision par laquelle le tribunal rappelle le respect dû aux femmes militaires", a commenté Frédéric Picard, avocat des parties civiles: "Elles obtiennent la reconnaissance qu'elles désiraient et vont pouvoir assumer leurs fonctions de manière apaisée, sans avoir à subir les regards de la gent militaire masculine."

"Ce n'est pas une mauvaise décision", a également commenté Jean-Louis Keita, l'avocat de Maxime Bourgeois: "Ce genre d'affaire ne nécessite pas de la prison ferme, il faut qu'il se soigne et la décision permet aussi de réparer le préjudice causé." 


Dans le sud de la France, Maxime Bourgeois était chargé de la sécurité locale du réseau informatique du ministère de la Défense. Alertées de la manipulation par des proches fin 2009, les victimes avaient prévenu leur hiérarchie début 2010, ce qui a conduit, après enquête interne de la gendarmerie maritime, à l'identification du pirate puis son exclusion. 

L'état-major de la Marine avait ensuite porté l'affaire devant la justice et une information judiciaire avait été ouverte au parquet militaire de Marseille
en avril 2011. - Avec AFP- 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.