• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Le 27 janvier 1968, le sous-marin La Minerve sombre au large de Toulon

 Le submersible "Minerve" à quai dans le vieux port de Marseille. / © STF /AFP
Le submersible "Minerve" à quai dans le vieux port de Marseille. / © STF /AFP

50 ans plus tard, le mystère reste entier. On ne sait toujours pas pourquoi "La Minerve", sous-marin en exercice au large du cap Cisié, a sombré en 4 minutes, avec son équipage. La ville de Toulon commémore cette tragédie ce samedi. 

Par AFP

Il est très exactement 7h55 ce 27 janvier 1968 et c'est l'heure de la relève de quart. Tout semble très normal à bord de "La Minerve", un sous-marin en exercice au sud-est du cap Sicié avec 52 hommes à son bord. Il envoie un message à son avion accompagnateur.
Tout se passera très vite : quatre minutes plus tard, à 7h59,  après la perte de tout contact radio, le bâtiment
disparaît "par destruction de sa coque
". C'est ce qu'il ressortira  quelques mois plus tard une commission
d'enquête de l'armée dans une  note confidentielle publiée, sur internet, par Hervé Fauve, fils du commandant du submersible, qui a recueilli documents et témoignages pour comprendre les raisons du drame.

Des recherches infructueuses


Sitôt la disparition constatée, le 27 janvier au soir, des recherches sont entreprises : le sous-marin a une autonomie de 100 heures.
A bord de sa "soucoupe plongeante", un mini-sous-marin, le commandant Cousteau effectue lui-même plusieurs plongées, mais en vain.

Le commandant Cousteau effectuera plusieurs plongées en vain. / © STF / AFP
Le commandant Cousteau effectuera plusieurs plongées en vain. / © STF / AFP

L'épave de  "La Minerve", malgré trois campagnes de recherches, ne sera jamais retrouvée, ni aucun débris identifié. 

Plusieurs hypothèses, aucune certitude


De multiples causes ont été évoquées: avarie de la barre arrière, selon la commission d'enquête, ou encore collision avec un bateau, explosion d'un missile, d'une torpille et même Ovni et intervention extra-terrestre... Pour Hervé Fauve, "l'hypothèse la plus vraisemblable est celle de l'accident du tube d'aération, le schnordel, dont le clapet retour n'aurait pas fonctionné, l'eau de mer envahissant alors le sous-marin".
Cela expliquerait, selon lui, la disparition soudaine, en à peine 4 minutes. "Tout est logique avec ce scénario-là", analyse Hervé Fauve. Alourdi par l'eau, le sous-marin ne peut plus remonter, les moteurs tombent en panne, il coule et implose à 600 mètres de fond.

Un implosion selon un laboratoire niçois


Or les analyses d'un laboratoire de géophysique de Nice montreront qu'une implosion a bien été enregistrée au moment de la disparition de "La Minerve". 
Lors de la cérémonie d'hommage de février 1968, les 7 marins rescapés de la Minerve qui n'avaient pu embarquer étaient accompagnés des équipages de deux sous-marins identiques à "La Minerve", "La Flore", et "L'Euridyce" . Deux ans plus tard, "L'Euridyce" coulera  avec 57 personnes à son bord. En 1971, c'est au tour de "La Flore", dont l'équipage échappera in extremis à la mort. 

 

Sur le même sujet

Interview de Thérèse Schermann-Descamps

Les + Lus