Avignon : les cliniques privées mobilisées dans la 5e vague de Covid en Vaucluse

Publié le Mis à jour le
Écrit par Annie Vergnenègre, Frédérique Poret, Dalila Iberrakene
La clinique Rhône Durance a ouvert une unité Covid pour soulager le centre hospitalier d'Avignon.
La clinique Rhône Durance a ouvert une unité Covid pour soulager le centre hospitalier d'Avignon. © Dalila Iberraken/FTV

Cinq patients des Bouches-du-Rhône ont été transférés vers d'autres régions depuis vendredi dernier. Deux autres le seront ce mercredi. Les hôpitaux de Paca sont saturés. Dans le Vaucluse, les cliniques privées aident à désengorger les services de réanimation du centre hospitalier d'Avignon.

La clinique Rhône Durance dispose de 10 lits pour des patients Covid. Tous sont occupés. 

Comme chaque matin, le docteur Charles Faisant fait le point sur les entrées avec ses équipes.

Parmi les admissions du jour, un homme de 40 ans qui souffre d'une pneumopathie grave. Non vacciné. C'est le cas de la plupart des patients Covid qui arrivent ici.

Les malades qui nécessitent une prise en charge en réanimation sont orientés vers le centre hospitalier d'Avignon, aujourd'hui en saturation.

La clinique accueille des patients en sortie de réa, parfois dans des conditions de prise en charge assez lourde, sous assistance respiratoire.

Une unité déjà sous tension

A peine ouverte, l'unité Covid est déjà sous tension. Pour libérer des lits, il faut attendre que ces malades puissent rentrer chez eux, ou qu'on leur trouve une place dans un centre de rééducation. 

"On a un problème actuellement, c'est que les malades du Covid guérissent mais leur état de santé ne s'améliore pas immédiatement, ils doivent aller en soin de  moyen séjour et les places sont peu disponibles," pointe le Dr Charles Faisant, volontaire-médecin "interniste" de la clinique Rhône Durance.

"On a aussi des clusters dans les soins de suite, ce qui fait qu'il y a un embouteillage au niveau des places, donc on a besoin de fluidifier le plus possible le circuit patients et c'est pour ça qu'on aide l'hôpital". 

Dans le Vaucluse, la coopération entre privé et public fonctionne depuis la première vague. Sous l'égide de l'agence régionale de santé, elle monte en puissance en phase avec la situation épidémique. 

Pour faire face à la 5e vague, le privé a d'abord déchargé l'hôpital public de patients non Covid pour libérer des lits pour les malades Covid. La semaine dernière l'urgence est montée d'un cran et 10 lits Covid ont été réservés à Rhône Durance. 

Les personnels des cinq cliniques du groupe Elsan du territoire vauclusien participent au renfort du centre hospitalier d'Avignon.

Ils viennent épauler ceux de Rhône Durance pour assurer la prise en charge des patients Covid en cette période de fêtes de fin d'année.

"Ce ne sont pas des équipes dédiées, on a des infirmiers qui sont recrutés pour cette unité Covid sur la base du volontariat, explique le docteur Faisant.

On a été agréablement surpris de voir malgré deux ans de pandémie qu'on a encore des infirmiers qui répondent présents en urgence.

Dr Charles Faisant volontaire-medecin

"Quasiment du jour au lendemain on a pu faire un planning des soignants pour assurer l'ouverture du service", précise-t-il.

Une adaptation au jour le jour

Mais à chaque nouvelle vague, c'est le même scénario qui se répète et les équipes fatiguent. 

"Sur les 5 vagues, on est toujours les mêmes à se porter volontaire et on est de moins en moins. Là, on a dû annuler nos congés pour venir travailler et il nous manque encore du personnel, renchérit Samuel Orsini, volontaire-infirmier venu du service Cardiologie, qui se dit "complètement démoralisé par la nouvelle vague Omicron qui arrive".

"C'est très compliqué parce qu'il y a les congés et la fatigue des salariés et il faut arriver à mobiliser tout le monde, acquiesce Olivier Beneton directeur territorial pour les 5 cliniques du Groupe Elsan.

"On continuera à accompagne le centre hospitalier et surtout, à s'adapter aux besoins sanitaires", ajoute-t-il. 

Pour pouvoir ouvrir ces lits, les cinq cliniques du groupe ont dû reporter toutes les interventions non urgentes, notamment en ophtalmologie et orthopédie.

Une réorganisation qui devrait durer quelques semaines selon l'évolution épidémique liée au variant Omicron en début d'année.

Malgré la mobilisation des établissements privés, les hôpitaux publics sont débordés.

L'agence régionale a déjà fait transférer cinq patients des Bouches-du-Rhône, deux vendredi vers la Bretagne, trois samedi vers l'Ile-de-France. Deux nouveaux transferts sont prévus ce mercredi matin vers la Normandie.

En Vaucluse, le bilan de l'ARS au 21 décembre, fait état de 219 personnes hospitalisations conventionnelles (+60 en une semaine), dont 24 en réanimations (+3), et 86 en soins de suite et de réadaptation (+19).

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.