Avignon : opération codage informatique pour collégiens

© Olivier Ducros-Renaudin / France 3 Provence-Alpes
© Olivier Ducros-Renaudin / France 3 Provence-Alpes

L'association Face Vaucluse et l'opérateur de téléphonie mobile Orange organisent des ateliers d'initiation au codage informatique pour des élèves de 5 ème. L'opération se déroule dans le collège Roumanille à Avignon, situé en zone d'éducation prioritaire. 

Par Nathalie Deumier

C'est la première fois que ces ateliers d'initiation au codage informatique sont organisés par l'association Face Vaucluse. Les élèves qui en bénéficient sont en 5ème au collège Roumanille d'Avignon. L'opération répond à des attentes puisque pour 3 français sur 4, il est essentiel de connaître le codage pour les métiers de demain. Mais 20 % seulement ont une idée claire de ce qu'est le codage. 

Les élèves peuvent être fiers du résultat car le robot exécute les ordres qu'ils ont programmé. Inutile d'être un génie pour y parvenir, le premier niveau de codage informatique s'apprend en une heure. Les collégiens sont très réceptifs. Il faut dire qu'ils ont un professeur pour 4. Pendant leurs cours de maths et de technologie, ils abordent un peu cette matière, mais là, ils crèent un jeu.

La grammaire du langage informatique


Comprendre le codage , c'est en quelque sorte comprendre la grammaire du langage informatique. Depuis 2016, cette discipline est au programme officiel de l'éducation nationale. Les formateurs sont tous des salariés d'Orange. L'opérateur de téléphonie mobile espère susciter des vocations et préparer les compétences de demain. Il recrute des programmeurs et des développeurs pour toutes ses applications.

Reportage de Frédérique Poret et Olivier Ducros-Renaudin :


Intervenants reportage :

- Frédéric Tupin, formateur numérique
- Kaci Diha, principal du collège Roumanille 

Contact avec le monde professionnel


Kaci Diha, le principal du collège Roumanille, considère que les élèves sont mis en contact avec le monde de l'entreprise trop tardivement. Conséquence : quand ils arrivent en 3ème, ils ont du mal à déterminer leur orientation. Ce chef d'établissement pense qu'il faudrait les ouvrir sur le monde professionnel dès la 6ème.

Si cette initiation est courante dans les grandes agglomérations, l'association Face Vaucluse, qui agit contre l'exclusion, espère la développer aussi dans les villes moyennes de la région.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus