La France insoumise a démarré des discussions avec ses possibles alliés, PS, EELV, PCF et NPA en vue des législatives des 12 et 19 juin. A Avignon, où Jean-Luc Mélenchon a fait de bons scores à la présidentielle, la maire socialiste appelle à l'union de la gauche.

Au premier tour de la présidentielle, les Avignonnais ont placé en tête le candidat de la France Insoumise. Jean-Luc Mélenchon a réalisé 36,87 %, soit 8,5 points de plus qu'il y a cinq ans, malgré la présence du communiste Fabien Roussel et de l'écologiste Yannick Jadot. Il devance de 17 points le président-candidat. Arrivée 3e Marine Le Pen n'a récolté que 18,94 % des voix.

Alors que dans ce département, l'un des plus pauvres de France, le RN est en terre conquise depuis des années, la cité des Papes résiste. Le candidat insoumis a réussi à y mobiliser les électeurs des quartiers populaires. 

Sur la commune, le chômage culmine à 17% et le taux de pauvreté à 31%. "Le vote pour LFI est le fruit d'un travail de terrain qui ne date pas d'hier", estime son chef de file local, Farid Faryssy.

"Jean-Luc Mélenchon a bénéficié d'un vote utile de la part des électeurs de gauche, mais a aussi su capter ce vote populaire dans les quartiers qu'on dit abstentionnistes. Il est concret et parle redistribution des richesses, salaire minimum, hôpitaux, des thèmes qu'attendent les gens de gauche", explique la maire socialiste Cécile Helle.

L'élue appelle à une union de la gauche pour les législatives au niveau départemental comme au niveau national selon France Bleu Vaucluse. "Il faut souligner ce qui nous rassemble et pas ce qui nous divise," a-t-elle déclaré à nos confrères.

Les tractations ont commencé mercredi, à Paris, entre La France insoumise
et le Parti socialiste. Une rencontre qualifiée de "positive" par les protagonistes alors que dans le même temps le camp mélenchoniste mène d'autres discussions bilatérales depuis plus d'une semaine avec EELV, le PCF et le NPA.

De la convergence aux accords dans les circonscriptions

Pas de point de désaccord ou de blocage "insurmontable" selon le négociateur en chef de LFI Manuel Bompard comme du point de vue du porte-parole du PS Pierre Jouvet.

Des points de convergence qui conduiront peut-être à un accord dans les prochains jours. Mais rien n'est moins sûr. Depuis le vote par son Conseil national, il y a huit jours, d'une volonté de discuter avec LFI pour les législatives, le PS est en proie à des tensions. 

Pendant qu'à gauche, on discute les Républicains ont déjà choisi leur candidat pour la première circonscription de Vaucluse. LR a investi la conseillère régionale Dominique  Brogi. 

Ancien fief de Marie-Josée Roig, la première circonscription de Vaucluse avait été ravie en 2012 par la socialiste Michèle Fournier-Armand dans un duel avec le Front national. En 2017, la gauche s'était présentée en ordre dispersée à Avignon. Aucun de ses représentants n'avait pas pu se maintenir au second tour alors que le cumul de ses voix totalisait 28%.

Le candidat LREM Jean-François Césarini l'avait emporté face à la frontiste Anne-Sophie Rigault. Suite au décès du député, c'est sa suppléante, Souad Zitouni, une avocate de 45 ans qui a pris sa succession au Palais Bourbon.