Mort de Matthieu Guillon :Redha Amri condamné à 9 ans de prison

Lundi 17 septembre, Redha Amri a été condamné à 9 ans de prison par la Cour d'Assises de la Drôme. Il avait  asséné un coup de poing à Matthieu Guillon et provoqué sa mort en septembre 2010.

France 3 RA
France 3 RA

Presque deux ans, jour pour jour, après le drame, le procès a débuté jeudi 13 septembre devant les assises de la Drôme, à Valence. Le jeune Redha Amri comparaissait pour "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Lundi 17 septembre, l'avocat général avait requis 12 ans de prison à l'encontre de Redha Amri. Le verdict est tombé dans l'après-midi : 9 ans de prison.

Ci-dessous le compte-rendu des audiences....
##fr3r_https_disabled##
durée de la vidéo: 01 min 38
Procès de Redha Amri : 2ème jour du procès
durée de la vidéo: 01 min 32
Procès Redha Amri : verdict
Septembre 2010 - Une marche blanche en hommage à Matthieu Guillon dans les rues de Valence - archives
Septembre 2010 - Une marche blanche en hommage à Matthieu Guillon dans les rues de Valence - archives © France 3 RA


Rappel des faits 
Au soir du 11 septembre 2010, Redha Amri, un valentinois de 20 ans, avait assené à Matthieu Guillon un coup de poing. Ce dernier était tombé et sa tête avait violemment heurté le sol. Il est mort cinq jours plus tard, sans avoir repris connaissance... il était âgé de 27 ans. La mort du jeune homme et la fuite de son agresseur présumé avaient causé beaucoup d'émotions à Valence. Une marche blanche rassemblant plus de 2000 personnes avait eu lieu une semaine après le drame. 

Redha Amri avait fini par se constituer prisonnier, le jour de la mort de Mathieu. Mais après treize mois de détention provisoire au Pontet et à Lyon/Corbas, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Grenoble avait pris la décision de le remettre en liberté sous contrôle judiciaire avec interdiction de séjourner dans le département de la Drôme. Cette décision avait provoqué colère et incompréhension à Valence. Mais quelques mois plus tard, en mai 2012, le jeune homme est retourné derrière les barreaux. En cause : sa présence avérée sur le sol drômois et un mandat d'arrêt lancé à son encontre. Il s'est présenté de lui-même au palais de justice....

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société