• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Fortes incertitudes sur la reussite de la médiation Copé-Fillon

© AFP - Nicloas Tucat
© AFP - Nicloas Tucat

La médiation Copé-Fillon s'annonce ardue : Alain Juppé va -il réconcilier les deux camps qui s'entre-déchirent toujours sur les recours possibles aprés des élections entachées d'irrégularités ?    

Par Philippe Bette

L'UMP est entrée dans une phase de grande incertitude vendredi, suspendue à la tentative de médiation d'Alain Juppé, qui n'est pas assuré de pouvoir accomplir sa mission, tant la tension est forte entre Jean-François Copé et François Fillon.
"Il y a encore beaucoup de chemin à faire pour faire fonctionner cette médiation", a avoué le maire de Bordeaux, qui rejoue les premiers rôles à la faveur de cette crise aiguë. Et pour cause, dès vendredi, Jean-François Copé a refusé certaines
de ses conditions.

Alain Juppé a en effet pour mission de former une instance collégiale de cinq membres, chargée de "(livrer) ses conclusions sous quinze jours" sur le vote contesté des adhérents, à partir notamment des travaux de deux commissions internes à l'UMP,
la Commission de contrôle (Cocoe) et la Commission des recours.Mais cette Commission des recours est depuis deux jours au centre d'une énième polémique interne, les fillonistes la soupçonnant d'être aux mains de l'équipe Copé. "Un point dur" entre les deux camps, a reconnu M. Juppé.Or, en posant ses conditions vendredi, Alain Juppé a demandé que se retirent de cette commission ceux de ses 9 membres qui avaient soutenu l'un ou l'autre des candidats.

Cette règle devrait en principe s'imposer au président de la commission, le maire de Sannois (Val d'Oise) Yanick Paternotte, soutien de Jean-François Copé.
Alors que François Fillon a immédiatement accepté les conditions posées par M. Juppé, M. Copé a rejeté l'idée que se retirent certains membres."C'est le seul point qu'on ne peut accepter" dans les demandes du maire de Bordeaux,"car juridiquement ce n'est pas possible", a-t-il déclaré, invoquant l'"indépendance totale" de la Commission.Le président proclamé de l'UMP a en revanche accepté le principe d'une rencontre"à trois", avec François Fillon et Alain Juppé, comme le réclamait ce dernier.
L'entrevue devrait avoir lieu dimanche à 19H00 dans un endroit non précisé.
 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Rhône : les Pokémon Crew fêtent leur 20 ans

Les + Lus