Réglement de comptes : Mais quelle était donc la cible ?

© Desmazes/AFP
© Desmazes/AFP

Qui le tireur visait-il précisément ? "Charly", 62 ans, tué hier soir par une rafale d'arme automatique dans un bar de Villeurbanne ou un autre, l'un des deux hommes grièvement blessés par ailleurs. Au moins deux des victimes avaient un lourd passé judiciaire.            

Par Ph.Bette avec l'AFP

Si le règlement de comptes ne fait "aucun doute", la police s'interrogeait mardi sur la cible réelle de la fusillade qui a fait un mort et deux blessés graves, lundi soir, dans un bar de Villeurbanne (Rhône), près de Lyon.

Mohamed G., dit Charly, 62 ans, un "ancien malfaiteur connu de la justice" pour vol avec arme, braquage et trafic de stupéfiants a succombé à ses blessures peu après l'arrivée des secours. Deux autres clients du bar ont été grièvement blessés par les nombreux tirs d'arme automatique 9 mm à travers la vitrine du bar-restaurant "Les 4 As".

"On est sur du règlement de comptes, il n'y a aucun doute, mais qui était visé plus particulièrement?", s'interrogeait mardi une source proche de l'enquête, selon laquelle l'un des deux blessés graves était également "bien connu de la justice dans le temps" pour vols avec violence et trafic de stupéfiants. Leur pronostic vital restait engagé mardi.

Les faits incriminés remontent aux années 1970 et les enquêteurs de la police judiciaire ignoraient pour l'instant si les deux hommes "étaient rangés ou pas". Le ou les auteurs de cette fusillade étaient toujours activement recherchés mardi.

Selon Sébastien Thillet, membre du syndicat SGP police Force ouvrière, "un ou deux individus à bord d'un véhicule se sont présentés devant le bar et ont ouvert le feu sur un ou deux individus précisément visés". Selon lui, "le véhicule a pris la fuite dans la foulée". Cette hypothèse d'un tireur agissant depuis son véhicule n'était toutefois pas confirmée. "Il faut rester très prudent",soulignait la source proche de l'enquête. D'autant que le véhicule en question n'a, semble-t-il, pas été retrouvé incendié, comme c'est souvent le cas dans les règlements de comptes.

Les enquêteurs poursuivaient mardi les constatations auprès du voisinage. "Notre préoccupation est de retrouver les gens qui étaient dans le bar, car il y avait certainement d'autres témoins qui vont peut-être se manifester".

Même si Lyon reste loin derrière Marseille, cette fusillade porte à cinq le nombre de règlements de comptes dans l'agglomération depuis le début de l'année.Le 9 juillet, un homme d'une quarantaine d'années, connu de la justice, avait déjà été mortellement blessé par balle en pleine rue à Villeurbanne, lors d'une rixe avec deux autres personnes qui avaient pris la fuite.
Les autres règlements de comptes ont eu lieu à Décines, Meyzieu et Saint-Priest.

Réglement de comptes Villeurbanne


A lire aussi

Sur le même sujet

opération anti-travail clandestin

Les + Lus