Romain Bardet "trahi et sali" mais en pleine forme, Matthews prend le maillot jaune

L'Australien Michael Matthews a remporté la troisième étape de Paris-Nice mercredi à Saint-Pourçain-sur-Sioule et a endossé le maillot jaune de leader. Romain Bardet, lui, a tenté une échappée à 4 kilomètres de la fin, avant d'être repris 2 kilomètres plus loin. 

Même si la chance ne lui a pas souri jusqu'au bout, le fait d'avoir tenté une échappée à 4 kilomètres de la fin avec un autre coureur d'AG2R La Mondiale, Jan Bakelants, aura fait du bien au moral de Romain Bardet. Pour l'altiligérien, la pilule a du mal à passer au lendemain des révélations sur le contrôle antidopage positif à l'EPO de son coéquipier, Lloyd Mondory.

Avant le départ, mercredi matin, Samuel Dumoulin, entouré des autres coureurs de la formation française et de représentants d'autres équipes, a lu un message avant le départ de la troisième étape de Paris-Nice, à Saint-Amand-Montrond. "Aujourd'hui, nous avons mal. Pour nous, la plaie prendra du temps à cicatriser", a notamment déclaré le capitaine de route de l'équipe française. "Après tant d'années à lutter contre le dopage, nous ne renoncerons pas malgré le sentiment d'impuissance qui nous envahit parfois. Les tricheurs doivent être mis hors du système. Nous ne voulons pas baisser la tête et nous continuerons le combat", a insisté Dumoulin.

durée de la vidéo : 00h00mn20s
©INA


Romain Bardet l'aura pris au pied de la lettre. Avant le départ de Paris-Nice, l’Auvergnat avait dit qu’il essaierait d’"inventer quelque chose", y compris sur un terrain qui ne l’avantage pas, avant la Croix de Chaubouret, le col du Forez escaladé jeudi par les coureurs. Mercredi, il a tenu parole, même si le classement final ne lui rend pas honneur. A la fin de cette 3ème étape, il pointe au 66ème rang, à 36' du premier.

Coup double pour Matthews

Matthews, enmmené par son équipe Orica, a devancé nettement les Italiens Davide Cimolai et Giacomo Nizzolo à la fin de cette étape de 179 kilomètres. Le Norvégien Alexander Kristoff, vainqueur lundi de la première étape, a pris la quatrième place de ce sprint qui comportait une courte montée avant le replat final. Par le jeu des bonifications, dix secondes allouées au vainqueur, l'Australien a dépossédé le Polonais Michal Kwiatkowski (Etixx) du maillot jaune.

Dans cette étape, l'échappée des Français Florian Vachon et Thomas Voeckler, longtemps accompagnés par le Belge Philippe Gilbert, a pris fin à l'entrée des dix derniers kilomètres. Le Français Romain Bardet et son coéquipier belge Jan Bakelants, avec l'Italien Paolo Tiralongo, sont alors partis à l'attaque mais ont été repris à 2 kilomètres de l'arrivée.

Matthews, 24 ans, compte déjà à son palmarès des étapes de la Vuelta et du Giro. Jeudi, la quatrième étape, la plus longue de la semaine avec 204 kilomètres entre Varennes-sur-Allier (centre) et le col de la Croix de Chaubouret, se conclut par une ascension de 10 kilomètres à 6,7 %.

Reportage : Fabien Gandilhon, Olivier Martinet. Intervenants : Florian Vachon (Bretagne - Sèche Environnement), Romain Bardet (AG2R La Mondiale)

 

Romain Bardet profondément affecté par ce nouveau cas de dopage

Sur son compte facebook, Romain Bardet a réagi vivement suite aux révélations sur le contrôle antidopage positif à l'EPO de son coéquipier, Lloyd Mondory.

"Je suis profondément affecté par l'annonce de ce cas positif qui nous laisse tous comme interdits.
Je n'ai pas de mots assez forts pour condamner ce type de conduite qui met en péril tous les efforts entrepris par notre équipe et par nos instances pour crédibiliser notre pratique.
C'est un nouveau gros coup dur, un de plus diront les fatalistes, un de trop pour l'extreme majorité du peloton qui ne doit pas avoir à répondre des errements de quelques individualités.
Je continue à croire en mon sport et mon évolution au sein du peloton international me conforte dans ma démarche.
Je suis profondément désolé pour vous aussi, amoureux du cyclisme, victimes collatérales de la bêtise de quelques-uns sur la définition et les valeurs du sport en général.
Nous devons désormais, avec une solidarité encore renforcée, œuvrer pour faire prévaloir notre vision du cyclisme. Celle d'un sport sain, exemplaire et surtout inspirant pour les jeunes générations.
Romain."