Ain. Ferney-Voltaire se voit offrir 30 livres de Voltaire édités en 1768

Une vieille famille de Ferney-Voltaire a offert à la Ville 30 tomes réunissant les textes de Voltaire. Des ouvrages imprimés du vivant du philosphe, 10 ans avant sa mort. Une collection inestimable. 

Une ancienne famille de Ferney-Voltaire a offert à la ville 30 ouvrages réunissant des textes de Voltaire imprimés 10 ans avant sa mort.
Une ancienne famille de Ferney-Voltaire a offert à la ville 30 ouvrages réunissant des textes de Voltaire imprimés 10 ans avant sa mort. © FTV

Tout commence par un appel en mairie. Une famille souhaite léguer des livres "sur Voltaire" à la Ville de Ferney. Le maire valide. C'est une pratique courante au pays du philosophe. Mais Daniel Raphoz apprend que les ouvrages offerts sont cette fois contemporains de Voltaire, et qu'ils proviennent des imprimeries Kramer. Un imprimeur suisse très réputé ! Imaginant ces 30 volumes en édition de luxe et en parfait état, l'élu s'inquiète de savoir si les donateurs sont bien conscients de la valeur de leur leg. On le rassure, la famille Martin sait ce qu'elle fait.

Voici donc Ferney-Voltaire à la tête d'une collection inestimable. Un cadeau, mais aussi une charge. 

"On doit protéger, garantir, assurer la pérennité de ces ouvrages, les conserver mais ils doivent aussi rester disponibles, et c'est là tout le travail qui va se faire avec nos équipes."

Daniel Raphoz, maire de Ferney-Voltaire

La municipalité, très enthousiaste, travaille à l'aménagement d'un lieu où cette collection du grand homme des Lumières sera visible par tous.

En attendant, les livres sont à l'abri dans un coffre-fort ignifugé. Ils ont quitté la médiathèque où ils sont restés quelques temps. 

Daniel Raphoz, maire de Ferney feuillette la collection complète des oeuvres de Voltaire.
Daniel Raphoz, maire de Ferney feuillette la collection complète des oeuvres de Voltaire. © Franck Grassaud

Voltaire, le bienfaiteur de Ferney

Voltaire débarque à Ferney en 1758. Le philosophe a choisi la cité frontalière pour une bonne raison, il est indésirable à la cour de France et guère plus apprécié à Genève, en raison de ses positions politiques. Il dira plus tard : "Je me trouve entre la France et la Suisse sans dépendre ni de l'une, ni de l'autre"

A son arrivée, le village compte une centaine d'habitants. Il va améliorer et aménager les lieux, les rendre salubres et faire venir du monde pour développer l'artisanat et l'industrie. L'emploi créé va attirer, et le hameau s'agrandir.

Voltaire fait même ériger un théâtre en bois pour partager sa passion avec les habitants. Il y est auteur, acteur, metteur en scène et découvreur de talents.

Après 3 années de travaux, son château, -aujourd'hui classé monument historique-, devient l'épicentre de sa vie durant 20 ans.

On comprend mieux pourquoi les Ferneysiens l'appellent le patriarche, le bienfaiteur. A sa mort, Ferney compte 1200 personnes.

En acceptant le leg de la famille Martin, la Ville entend garder encore et toujours la mémoire du père de Candide. D'ailleurs, peut-être a-t-il touché ces ouvrages, on le savait très proche de son éditeur, et à l'époque on n'imprimait que très peu de collections de ce type. Sait-on jamais ?  

Reportage Franck Grassaud et Maryne Zammit

durée de la vidéo: 01 min 57
Un don de livres de 1768 à la Ville de Ferney-Voltaire

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture livres histoire patrimoine