Coronavirus & Agriculture : moins de lait pour le Comté

Alors que les montbéliardes donnent plus au printemps en raison du pâturage, les producteurs de lait de l'appelation Comté doivent réduire leurs apports à la filière. Depuis le début de la crise sanitaire, le fromage a moins la cote. Exemple dans l'Ain où l'on compte 7 fruitières. 


Depuis la première semaine du moins d'avril, l'interprofession qui gère le Comté a décidé d'abaisser son approvisionnement en lait de 8%.

Le confinement impacte la consommation de fromages AOC/AOP, la baisse serait de l'ordre de 20%. Visiblement, les courses se tournent plus vers des produits de première nécessité. De surcroît, l'arrêt de la vente à la coupe dans les supermarchés a aussi porté un coup à cette production. Sans oublier la fermeture des restaurants et bien sûr des marchés. La vente de Comté ayant ralenti, il fallait bien trouver une solution en amont. Même s'il s'agit de la pire des périodes, sachant que les vaches retrouvent peu à peu l'herbe verte. 

Un peu partout, les agriculteurs de la zone Comté donnent donc leur lait ou le vendent pour quelques euros. 
 

Si la collecte de lait s'était poursuivie comme si de rien n'était, le reste de la chaîne aurait dû gérer un problème de stockage. Les meules ne peuvent pas être gardées ad vitam æternam, au risque de perdre en qualité. La baisse de 8% est donc décrétée pour une durée de 3 mois, elle est calculée par rapport à la production de l'année 2019.
 

Baisse de la production laitière pour tous ? 

Il n'y a pas que les producteurs de lait à Comté qui vont devoir baisser la voilure. Les agriculteurs français souhaitent que l'Union européenne encourage une baisse de la production laitière pour que les éleveurs et le secteur laitier puissent faire face aux fortes perturbations du marché générées par la crise du coronavirus.

"Il faut accompagner les agriculteurs qui vont réduire leurs volumes, parce que personne n'avait prévu le coronavirus, personne n'avait prévu cette pandémie ni les conséquences de perturbation des marchés que nous connaissons", a déclaré Christiane Lambert, la présidente de la première organisation représentative, la FNSEA, sur France Inter vendredi 10 avril.

"Nous avons fait une proposition de régulation pour encourager les producteurs à réduire de 2 à 5% leur volume sur la période de pic de production", a-t-elle dit, alors que l'Europe croule sous le lait et que les cours chutent depuis le début de la crise liée au coronavirus, qui a entraîné la fermeture de quasi tous les restaurants et cantines en Europe et perturbé les marchés export.
 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité