Fabrique de faux papiers et trafic de drogue entre Lyon et Bourg-en-Bresse

Un homme de 26 ans a été interpellé le 9 septembre 2020 pour des envois de cannabis à la prison de Bourg-en-Bresse. Bonus pour les enquêteurs : ils ont découvert une officine de faux papiers au domicile du suspect.

Illustration de contrôle, dans la lutte contre la fraude de documents, et usage de faux papiers.
Illustration de contrôle, dans la lutte contre la fraude de documents, et usage de faux papiers. © MaxPPP
Coup double pour les policiers du département du Rhône : une enquête sur un trafic de stupéfiant vers la prison de Bourg-en-Bresse les a conduits jusqu'à une fabrique de faux documents.

Tout commence avec des courriers en recommandé arrivant au centre pénitentiaire aindinois. Un courrier au fumet peu discret, puisqu'il dégage une odeur de cannabis. L'administration pénitentiaire alerte la police. L'enquête permet d'établir que les enveloppes portent le tampon usurpé d'un cabinet d'avocat,  que le trafic a commencé à la fin du mois d'avril, et que des courriers similaires ont été envoyés vers d'autres prisons.
Très vite, les enquêteurs remontent la piste du fraudeur et trafiquant présumé.

Le suspect, âgé de 26 ans, est originaire de Vénissieux. Il est connu des services de police pour des faits de petite délinquance, mais jusqu'ici pas de drogue. Toujours est-il qu'il est interpellé le 9 septembre 2020. Et surprise, à son domicile à Vénissieux, les policiers débusquent "une véritable officine de fabrication de faux documents", souligne le commissaire Yves Cellier. "Un labo très bien équipé, avec tout le matériel nécessaire" poursuit le responsable de la Direction départementale de la sécurité publique de l'Ain. Sur place, les enquêteurs mettent la main sur de faux permis de conduire, papiers d'identité, cartes bancaires. Arme de poing, grenade offensive à fragmentation, près de 5.000 euros et cinq kilos de cannabis sont également saisis.

Le suspect a été présenté au Parquet de Bourg-en-Bresse en vue de l'ouverture d'une information judiciaire pour faux et usage de faux et trafic de stupéfiants.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité prison justice drogue