Présidentielle 2022 : après la déconfiture de Valérie Pécresse, la Droite Républicaine divisée dans l'Ain

Comme en 2017, Marine Le Pen et Emmanuel Macron s'affronteront le 24 avril prochain. Dans l'Ain, à l'issue du premier tour de l'élection présidentielle, le président sortant est arrivé en tête. La droite classique subit un revers historique. Ses leaders divisés. Quelles seront les consignes de vote pour le 2e tour?

Dans l'Ain, département traditionnellement très ancré à droite, le président sortant Emmanuel Macron est arrivé en tête du premier tour de scrutin ce dimanche 10 avril 2022, avec 27,69% des suffrages exprimés. Il est talonné par la patronne du Rassemblement National, créditée de 26,05% des voix. Moins de 5 500 voix les séparent. 

Déconfiture pour la candidate Pécresse...

Dans ce département, le score de Valérie Pécresse, candidate des Républicains, dépasse à peine les 5%. Elle n'a pas réussi à convaincre les électeurs malgré la forte implication des leaders locaux dans la campagne présidentielle. La candidate LR arrive en cinquième position, derrière Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour. Un revers historique pour la droite républicaine. Valérie Pécresse a annoncé qu’elle voterait en "conscience" pour Emmanuel Macron pour faire barrage à Marine Le Pen. Mais sa position ne fait pas l’unanimité dans le parti, notamment dans le département de l'Ain. 

... la droite divisée dans l'Ain sur les consignes

Le député LR Damien Abad a indiqué vouloir voter Macron au second tour pour faire barrage à Marine Le Pen. Soutien indéfectible de Valérie Pécresse durant toute la campagne,  le chef de file de la Droite dans l'Ain a fait comme elle, invitant à voter Macron.

"Fidèle à mes valeurs et à l’histoire de notre famille politique, je voterai pour Emmanuel Macron dans 15 jours. Sans aucune hésitation", a écrit le parlementaire dans un tweet publié dès dimanche soir.

Mais cet appel n'a pas fait l'unanimité. D'autres parlementaires LR, comme le député Xavier Breton, veulent laisser libre choix aux électeurs. Même absence de consignes de vote pour la sénatrice Sylvie Goy-Chavent, dont le frère, Marc Chavent, maire de Cerdon, avait affiché son soutien à Eric Zemmour.

"Pour le moment, on digère tous. Il faut travailler à une reconstruction de la droite. On va s'y mettre. On voit qu'on ne répond plus aux attentes des électeurs sur les grandes questions régaliennes. C’est pour cette raison qu’ils regardent du côté de M. Zemmour et de Mme Le Pen", a expliqué ce matin la sénatrice LR de l’Ain Sylvie Goy-Chavent.

A la question des consignes de vote pour le 2e tour, la parlementaire est directe :"Je suis très claire, je pense que les consignes de vote ne servent à rien. Le report des voix est très clair. M. Macron sera réélu dimanche dans 15 jours. Ça ne sert à rien de faire peur aux Français, d’agiter les épouvantails. Ils savent ce qu’ils ont à faire !". La sénatrice a indiqué qu’elle ne votera pas pour Emmanuel Macron. "Mais mon vote restera secret", précise-t-elle. Tout en se défendant de vouloir commenter les consignes de vote de Damien Abad, la sénatrice précise qu’elle n’est pas "Macron compatible". "Je reste sur ma ligne et je fais confiance aux électeurs, arrêtons de les prendre pour des crétins", a conclu ce lundi matin, la sénatrice LR.

"Le report des voix est clair, aussi inutile de stigmatiser les électeurs de droite", a également indiqué la sénatrice sur sa page FB.

Alors la consigne se fait dans la nuance. Le parti estime désormais qu'aucune voix ne peut se porter sur Marine Le Pen, mais rien n'est dit sur le président sortant.

Le RN bien implanté en terre aindinoise

En mai 2017, Marine Le Pen était arrivée en tête du premier tour dans le département de l'Ain, devançant le candidat Emmanuel Macron de deux points et demi ; plus de 7700 voix. Cinq ans plus tard, le président sortant améliore ses performances. Quant à la cheffe de file du Rassemblement National, elle arrive aujourd'hui en deuxième position dans ce département.
A noter, Marine Le Pen progresse en nombre de voix, passant de 81 455 bulletins à 86 755. 

Le pays de Gex plébiscite Emmanuel Macron

C'est surtout dans le pays de Gex que la candidate RN n'a pas réussi à s'imposer face à Emmanuel Macron. Le président sortant y a réalisé d'importants scores.
A Divonne-les-Bains par exemple, il est crédité de 44,18% des suffrages.
A Ferney-Voltaire, il décroche plus de 33% des voix, à Thoiry, 37,19%. 

Dans le secteur de Saint-Vulbas et de la centrale nucléaire, les voix des électeurs se sont portées sur Marine Le Pen à 41,74%, devançant largement Emmanuel Macron malgré ses récentes annonces sur le nucléaire.
Dans ce secteur, Jean-Luc Mélenchon réalise parmi ses plus mauvais scores (9,13%).

Comment a-t-on voté dans les grandes villes de l'Ain?

Dans la ville préfecture de Bourg-en-Bresse. La candidate Anne Hidalgo, soutenue par le maire socialiste Jean-François Debat n'a obtenu que 2,86% des suffrages. Dans cette ville tenue par la gauche, c'est Emmanuel Macron qui arrive en tête avec 27,96% des voix, à une courte tête devant Jean-Luc Mélenchon (25,63%) qui améliore de 5 points son score de 2017. 
Lors de la précédente présidentielle, Emmanuel Macron a été crédité de 25,45% des voix. Il améliore son score. Dans la ville préfecture, Marine Le Pen arrive en troisième position (17,51% contre 16,5% en 2017) avec un nombre de voix presque équivalent à 2017 (2800 voix). Le RN progresse de 5 petites voix. A Bourg-en-Bresse, en 2017, le candidat de la droite républicaine, François Fillon avait récolté 21,26% des bulletins, loin devant les 5,39% de Valérie Pécresse aujourd'hui. 

A Oyonnax, dans la vallée de la plasturgie, Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête avec 28,66% des suffrages exprimés, devant Emmanuel Macron. Une surprise. Dans cette ville, Marine Le Pen s'était imposée en 2017, talonnée par François Fillon et Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon progresse largement (plus 8 points) en cinq ans. Pour rappel, en 2012, à Oyonnax, le chef de file de la France Insoumise était arrivé en 4e position (12,06%) loin derrière François Hollande, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen.

Le leader des Insoumis est également arrivé en tête sur la commune de Valserhône (27,35%) devant Marine Le Pen (23,69%).

Aux portes de la Métropole de Lyon, les électeurs Aindinois ont davantage porté leur choix sur le candidat Emmanuel Macron, à Montluel (25,64%), Beynost (34%) ou encore Miribel (30,2%). Même tendance sur la façade du département qui se trouve face au département du Rhône, où les votants ont également placé le président sortant en tête du premier tour dans de nombreuses communes.