Présidentielle 2022 : l'Ain, terre de droite où l'extrême-droite creuse son sillon

Publié le Mis à jour le
Écrit par D. Mazzola (propos recueillis par S.Cozzolino et A.Jacques)

La Région Auvergne Rhône-Alpes a majoritairement placé Emmanuel Macron en tête, mais ce n'est pas si simple. Le département de l'Ain, terre de droite, n'échappe pas à la poussée de l'extrême droite. Sur la commune d'Izieu, Marine le Pen arrive en tête.

Les résultats de l’élection présidentielle 2022 montrent que le président sortant Emmanuel Macron a été réélu avec plus de 17 points d’avance sur sa rivale au niveau national. Une victoire avec 58,5% des voix contre 41,5% pour Marine Le Pen. 

Des disparités sont perceptibles au niveau des départements et des communes. On constate surtout un vrai clivage entres les agglomérations et les zones rurales. C'est une tendance que l'on peut constater dans le département de l'Ain.

Grandes agglo /  zones rurales : le clivage

Dans l'Ain, la tendance du premier tour de l'élection présidentielle a été confirmée. Les deux finalistes avaient très peu d’écart au premier tour. Dimanche 24 avril, les électeurs aindinois ont finalement choisi le président sortant. Le candidat LREM, arrivé en tête, a conservé son avance et s'est imposé au deuxième tour. Emmanuel Macron a obtenu 54,99 % des voix exprimées. Dix points derrière, Marine Le Pen est créditée de 45,01 % des votes. La candidate du RN gagne du terrain par rapport à 2017, sans toutefois parvenir à faire basculer le résultat en sa faveur.

Bourg en Bresse a largement voté en faveur d'Emmanuel Macron. Dans la sous-préfecture, le candidat LREM a été crédité de 66,10% des suffrages, contre 33,90% pour sa rivale Marine Le Pen. Dans cette ville, au premier tour, c'est Jean-Luc Mélenchon qui était arrivé en seconde position, talonnant Emmanuel Macron. Le candidat LFI se trouvait à près de 8 points devant Marine Le Pen, reléguée en troisième position. A Bourg-en-Bresse, le candidat LREM a perdu près de 6 points par rapport au scrutin présidentiel de 2017 : les burgiens avaient voté à 72,37% pour le candidat Macron, contre 27,63% pour Marine Le Pen (4067). Cinq ans plus tard, l'extrême droite progresse : avec 33,9% et 4760 bulletins.

A Ambérieu-en-Bugey, même tendance : le président sortant s'est placé en tête du second tour avec plus de 54% des suffrages exprimés, à près de 10 points de la candidate RN. Un résultat qui confirme le vote de 2017. Mais après 5 années, d'exercice, dans cette commune, le président réélu perd du terrain.

Si les grandes villes ont voté pour le président sortant, le résultat est très différent dans les zones rurales ou dans de nombreuses zones périphériques. Une commune a particulièrement marqué les esprits dans l'Ain, c'est Izieu. Cette ville mémorielle de la seconde guerre mondiale est connue pour l'accueil des enfants juifs persécutés pendant la 2e guerre mondiale et pour son mémorial. 


Dimanche soir, Izieu, qui compte 192 habitants, a enregistré une poussée de l'extrême droite avec 51,45% des voix accordées à Marine Le Pen, contre 48,55% pour le président sortant. Marine Le Pen s'impose avec trois voix d'avance. Un symbole plus qu'une victoire écrasante dans cette commune éloignée des grands agglomérations de la région. Un vote qui illustre le clivage ville - zone rurale. En 2017, Izieu avait déjà choisi Marine Le Pen au premier tour, avant d'accorder ses voix à Emmanuel Macron au 2e tour à près de 62%. 

Le directeur du Mémorial se dit attristé mais refuse de stigmatiser la population : "Je ne pense pas qu'on puisse dire que la population locale oublie les enfants d'Izieu et l'histoire de la colonie", explique Dominique Vidaud. "La population fait passer ses soucis au quotidien et son angoisse, son inquiétude, pour l'avenir avant son retour au passé", explique-t-il. Pour le maire, Denis Martin-Barbaz, "il ne faut pas faire d'amalgame entre les résultats du vote et l'histoire d'Izieu". Selon l'élu vie a changé à Izieu, comme la population : "les gens travaillent loin de la commune et subissent des conditions de vie difficiles. C'est une explication du vote", assure-t-il.

Le parti Les Républicains laminé dans l'Ain : quid des législatives ?

Sur cette terre de droite, au 1er tour de la Présidentielle, Valérie Pécresse a tout juste franchi le seuil des 5%, (5,28%). En 2017, le candidat LR François Fillon avait récolté 21,43% des suffrages exprimés, derrière Marine Le Pen suivie d'Emmanuel Macron. En cinq ans, les LR reculent de plus de 16 points et perdent sur ce département clé plus de 52 200 électeurs.

Dans l'Ain, les Républicains, pris en tenaille entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, ont été victimes du siphonnage de  leurs voix par ces deux partis. 

Le député LR de la cinquième circonscription de l'Ain, Damien Abad, n'a pas manqué d'adresser ses félicitations à Emmanuel Macron, reconduit dans ses fonctions à la tête de l'Etat, dès dimanche soir. Un message publié sur le réseau social twitter quelques minutes à peine après l'annonce des résultats et qui entérine la défaite cuisante du parti Les Républicains. "J'adresse mes sincères félicitations à Emmanuel Macron. Ce soir la France a fait un choix clair. Dans l'intérêt de notre pays et pour les Français, je souhaite cinq années de réussite à notre Président de la République", écrit le parlementaire. 

Le département de l'Ain compte cinq circonscriptions. Le député LR Xavier Breton est à la tête de la première circonscription depuis 2007. Autre député LR, Charles de la Verpillière, élu dans la deuxième circonscription de l'Ain depuis 2007. La République en Marche détient deux circonscriptions, la 3e, avec à sa tête Olga Givernet, élue en 2017. Elle possède également la 4e circonscription avec le député Stéphane Trompille. Le parti Les Républicains parviendra-t-il à conserver ses trois circonscriptions ? Il faudra attendre 7 semaines pour connaitre la couleur de la nouvelle Assemblée.