Allier : comment fonctionnera le péage sans barrière qui va équiper la RCEA

Une autoroute A79 à péage mais sans barrière, c’est le concept de free flow, le flux libre qui équipera à partir de l’été 2022 les 88 kilomètres de la Route Centre-Europe Atlantique de Sazeret dans l’Allier à Digoin en Saône-et-Loire. Une première en France sur une telle distance.

Des portiques et plus de péages le long de la RCEA lorsqu'elle passera en 2X2 voies dans l'Allier, l'autoroute A79 sera payante mais sans barrière.
Des portiques et plus de péages le long de la RCEA lorsqu'elle passera en 2X2 voies dans l'Allier, l'autoroute A79 sera payante mais sans barrière. © Eiffage
Axe privilégié reliant la façade atlantique française et l’Allemagne, la Suisse et l’Italie, la RCEA traverse le centre de la France. Chaque jour, entre 10.000 et 15.000 véhicules (dont 40% de camions) traversent les départements de l’Allier et la Saône-et-Loire. Une route à 2 voies connue pour sa dangerosité qui devrait à l’été 2022 passer enfin à 4 voies en devenant l’autoroute A79. Elle sera alors la plus longue portion autoroutière à pratiquer le free-flow ou flux libre, en clair la suppression des barrières de péage sur une autoroute pourtant payante.

L’intérêt est d’abord écologique, car un poids lourd chargé à 40 tonnes consomme environ deux litres de carburant supplémentaires en s’arrêtant et en redémarrant aux barrières de péage, même s’il ne fait que ralentir avec les systèmes de télépéage. Le gain est moindre pour une voiture, mais il reste significatif. Et comme le free-flow est organisé à partir de portiques, la surface mobilisée est moins importante indique la société Eiffage, concessionnaire de l’A79 pour 48 ans après sa mise en service.

Concrètement, les véhicules passeront sous 6 portiques (comparables à ceux de feu l’écotaxe) qui permettront leur identification et le passage est daté par des capteurs qui scrutent en continu la totalité des voies de circulation. Les données sont alors transmises à un centre de télé-exploitation via des serveurs informatiques qui déclenchent la facturation.

Avec ou sans badge, le paiement sans contact

Pour payer son péage d’autoroute, plusieurs solutions. La première déjà en place est fortement utilisée par les transporteurs qui ont équipé leurs camions de boitiers de télépéage. Les particuliers aussi ont adopté ces dispositifs. La société d’autoroute prélève en fin de mois le total des sommes dues sur un compte bancaire.

Si l’usager ne possède pas de badge de télépéage mais s’il s'est préalablement enregistré sur un site internet ou une application mobile, sa plaque d’immatriculation sera lue par des caméras et le montant prélevé sur son compte, comme cela fonctionne pour la Congestion charge à Londres. Ceux qui ne veulent pas créer de compte personnel afin de préserver leur anonymat pourront prépayer un ou plusieurs trajets.

Enfin ceux qui n’auront pas anticipé leur passage sous les portiques disposeront de 48 heures soit pour payer pendant leur trajet en s’arrêtant à des bornes le long de l’A79, soit en utilisant le site internet ou l’application mobile. Dans tous ces cas la plaque d’immatriculation du véhicule qui aura été relevée par les caméras servira d’élément de reconnaissance.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
autoroute économie transports innovation technologies