Allier : Herta reprend son approvisionnement dans un élevage de cochons ciblé par L214

Herta a décidé de poursuivre son approvisionnement auprès d’un élevage de porcs de l’Allier, à Limoise. Une inspection l’a jugé conforme. Début décembre, l’élevage avait été mis en cause dans une vidéo choc de l’association L214.

L'association L214 a publié le 2 décembre une vidéo choc où l'on voit des porcs maltraités dans un élevage, les images auraient été tournées à Limoise dans l'Allier. Depuis Herta a reconduit son approvisionnement avec l'élevage incriminé.
L'association L214 a publié le 2 décembre une vidéo choc où l'on voit des porcs maltraités dans un élevage, les images auraient été tournées à Limoise dans l'Allier. Depuis Herta a reconduit son approvisionnement avec l'élevage incriminé. © L 214

Herta a décidé de reprendre son approvisionnement auprès d'un élevage porcin de l'Allier mis en cause par l'association L214 après qu'une inspection l'a jugé conforme, a fait savoir la marque de charcuterie lundi 21 décembre dans un communiqué. "Herta a pris acte du communiqué de la préfecture de l'Allier qui conclut à la bonne tenue de l'élevage et à l'absence de non-conformité majeureau regard de la réglementation en matière de bien-être animal", a indiqué la marque qui déplore "le dévoiement du nécessaire débat public sur le bien-être animal".

Un élevage pointé du doigt

Herta avait annoncé le 4 décembre suspendre "par précaution" son approvisionnement dans cet élevage pointé du doigt par l'association de défense des animaux dans une vidéo intitulée "Le (dé)goût des choses simples", détournant un slogan publicitaire de la marque.
 

On y voyait notamment des truies en cage manquant de place pour mettre bas ou allaiter leurs petits, avec un taux de mortalité particulièrement élevé, selon L214 qui avait annoncé déposer plainte pour "mauvais traitements des animaux et tromperie du consommateur".

Une inspection de l'élevage

Mercredi 15 décembre, la préfecture de l'Allier avait indiqué qu'une inspection "inopinée", réalisée par la direction départementale de la protection des populations (DDCSPP,) n'avait pas "observé d'animaux en souffrance ni de cadavres". Trois inspecteurs spécialisés dans la filière porcine s'étaient rendus sur place les 2 et 3 décembre pour des opérations de contrôle.
 

Herta appartient à 40% au géant suisse de l'agroalimentaire Nestlé et à 60% à l'un des leaders espagnols du secteur, Casa Tarradellas. Son directeur général, Arnaud de Belloy, avait mis en garde contre une éventuelle manipulation des images par les militants de L214, qualifiés de "professionnels anti-élevage" qui "font leur propagande".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature violence faits divers agriculture économie