Des agriculteurs de l'Allier vendent leur exploitation 1 euro sur Le Bon Coin

Les agriculteurs dénoncent des contraintes administratives trop importantes et des retards de paiement des aides / © Kamel Tir
Les agriculteurs dénoncent des contraintes administratives trop importantes et des retards de paiement des aides / © Kamel Tir

Retards de paiement et contraintes administratives trop importantes, des Jeunes agriculteurs de l'Allier ont décidé de manifester leur colère. Ils ont mis en vente symboliquement leur exploitation sur Le Bon Coin.

Par Aurélie Albert

Depuis quelques jours, les petites annonces « Laisse exploitation agricole pour 1 euro symbolique » fleurissent sur le site Le Bon Coin. Ils sont près de 80 agriculteurs à lancer un appel à tous ceux qui veulent bien les entendre. Dans l’idéal, ce sont les services de l’Etat qui sont visés.

80 agriculteurs de l'Allier ont lancé une opération depuis quelques jours : laisse exploitation agricole pour un euro symbolique. / © Capture d'écran Le Bon Coin
80 agriculteurs de l'Allier ont lancé une opération depuis quelques jours : laisse exploitation agricole pour un euro symbolique. / © Capture d'écran Le Bon Coin

D’abord les Jeunes agriculteurs dénoncent des contraintes administratives trop importantes. "Par exemple le dossier surface non agricole. On doit déclarer sur les parcelles s’il y a des haies ou autres arbres. On nous envoie des dossiers pré-remplis mais erronés que l’on doit corriger et remplir de nouveau. Il y a également tout ce qui est suivi antibiotique. On est contraint à faire trop de choses, ça tue le système", explique Ludovic Cornil, membre du bureau des Jeunes agriculteurs de l’Allier, exploitant agricole.

"Vivre de son travail"


"On a des délais à respecter dans les dossiers administratifs mais quand, nous, on demande nos aides, on ne les a pas", continue Ludovic Cornil. Les retards dans les subventions de la PAC (Politique agricole commune), c’est le deuxième problème que dénoncent les jeunes agriculteurs. Des retards qui peuvent avoir des conséquences importantes pour les jeunes installés "On doit respecter à la lettre notre étude d’installation. Si on n’arrive pas à avoir un SMIC, on nous supprime les subventions. Il faut que l’on soit viable", continue Ludovic Cornil. Cet exploitant a rejoint le GAEC de Barnaudière, à Arronnes, en 2013. Ils sont quatre associés avec 70 vaches laitières sur l’année et 80 vaches allaitantes.

"Le lait a été vendu 290 euros les 1000 litres sur l’année 2016 alors qu’il devrait être à 330 euros, insiste le jeune exploitant agricole. On ne veut pas une accumulation de subventions, ce que l’on cherche c’est avant tout des prix plus rémunérateurs pour faire vivre une exploitation et vivre de son travail. Aujourd’hui, on se lève le matin et on travaille à perte".

Une rencontre des Jeunes agriculteurs est prévue avec la Direction départementale des territoires de l’Allier ce mardi 16 mai.

 

Des agriculteurs de l'Allier vendent leur exploitation 1 euro sur Le Bon Coin
à l'appel du syndicat des jeunes agriculteurs de l'Allier, 70 exploitants se sont décidé à mettre en vente pour un euro symbolique leur exploitation sur un site de petites annonces .. Ils veulent dire leur lassitude , car depuis deux ans certaines aides europeennes ne sont pas reversées entièrement par les pouvoirs publiques français. Plutot que manifester ou verser du fumier devant les prefectures les JA 03 ont préferé faire le buzz... intervenants : Christophe Chatet, 27 ans, Eleveur bovin JA03 ; Guillaume Lottin, Secrétaire général JA 03 - Reportage : Pascale Felix, Anne-Claire Huet et Dominique Leyerloup

 

Sur le même sujet

L'Université Grenoble Alpes veut provisoirement héberger les migrants dans d'anciens locaux

Près de chez vous

Les + Lus