Les habitants de l’Allier vont officiellement s’appeler les Bourbonnais

Les habitants de l’Allier devraient désormais s’appeler « Bourbonnais ». Ils n’avaient pas de nom officiel jusqu’à présent.  Le conseil départemental devrait valider ce choix plébiscité par la population le 18 octobre prochain. 
70% des habitants de l'Allier ont plébiscité le terme "Bourbonnais".
70% des habitants de l'Allier ont plébiscité le terme "Bourbonnais". © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Comment s’appellent les habitants de l’Allier ? Figurez-vous que jusqu’à maintenant, il n’y avait pas nom officiel pour les désigner. Cela devrait bientôt changer. Le conseil départemental doit voter le 18 octobre prochain afin d’entériner le nom « Bourbonnais ».

A la trappe, « Elavérin », un terme très peu employé. « Bourbonnais » est de loin le gentilé qui s’imposait. Lors d’une enquête « Allier 2021 », 70% des habitants du département ont plébiscité le terme « Bourbonnais ». Lors de la dernière enquête réalisée en 2001, ils étaient seulement 50% à avoir opté pour ce nom.
 

"Je veux que les habitants retrouvent la fierté d'être Bourbonnais !" 



Le premier objectif de cette officialisation : renforcer l'unité les habitants de l'Allier. « C’est la première brique d’une stratégie pour fédérer le département. On dit souvent que l’Allier, c’est 3 villes : Vichy, Moulins, Montluçon. Je voudrais que les Bourbonnais deviennent comme les Cantalous qui sont très fiers de leur identité. Je veux que les habitants retrouvent la fierté d’être Bourbonnais ! » explique Claude Riboulet, le président du Conseil départemental.
 

L’autre ambition du département est de développer  la marque « Allier-Bourbonnais » afin de gagner en visibilité et en notoriété.

« Ce n’est pas un repli sur soi bien au contraire, cela va nous permettre de sortir de l’anonymat et d’être reconnu. Si l'on demande à n’importe qui en France où se trouve l’Allier, la personne interrogée ne saura pas forcément où cela se trouve. Notre département mérite d’être plus connu » souligne-t-il.

Un autre département a su tiré son épingle du jeu : la Dordogne. « Nous voulons réaliser la même chose que ce qui a été fait avec la marque « Dordogne-Périgord » qui a un pouvoir évocateur très fort avec le foie gras par exemple » détaille Claude Riboulet.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique terroir sorties et loisirs