Un salon de coiffure ambulant sillonne l'Allier

Publié le Mis à jour le

Un salon de coiffure sur quatre roues qui se déplace de village en village… Voilà le concept lancé par Aurélie Bel début mars. La jeune femme visite neuf communes différentes avec son camping-car aménagé. 

« Coiffeuse nomade », ces deux mots inscrits en lettres noires sur le petit camping-car blanc, annoncent la couleur aux passants et au curieux. Aurélie Bel est une coiffeuse itinérante depuis maintenant près de deux mois. Son salon de coiffure ? Un camping-car entièrement aménagé qu’elle installe sur les places de village pour la journée. Elle visite à tour de rôle neuf communes de l’Allier situées autour de Saint-Pourçain-sur-Sioule, soit un passage tous les quinze jours.


20 000 euros d'investissement


Derrière cette idée originale se cache un « rêve de petite fille », avoue la jeune femme aux yeux vert, mais également des souvenirs d’enfance : les vacances en famille au camping et le passage de l’épicier itinérant dans son village natal. Alors, quand la patronne qui l’emploie à Saint-Pourçain-sur-Sioule décide de vendre son salon, Aurélie se dit que c’est le moment de mettre son projet à exécution. Ses parents l’aident pour acheter le camping-car 20 000 euros à la foire de Cournon. Son compagnon refait entièrement l’intérieur. « Toute seule, je n’aurais jamais sauté le pas », réalise après coup la coiffeuse.

Quelques semaines après le début de l’aventure, le bilan est extrêmement positif. « Les gens jouent le jeu », s’étonne Aurélie, « même s’ils ne sont pas intéressés tout de suite, ils s’arrêtent et se renseignent pour plus tard ». Et pour les personnes âgées qui ne sont pas véhiculées, sa venue est même un luxe.

Neuf communes visitées


Dans l’ensemble, la jeune femme a reçu un accueil très positif des mairies à qui elle a confié son projet. Neuf au total : Cressanges, La Ferté-Hauterive, Louchy-Montfand, Contigny, Chemilly, Verneuil-en-Bourbonnais, Bransat, Monetay et Bresnay.

A La Ferté-Hauterive, Rolande Sarrazin, maire sans étiquette, confirme ses propos : le camion d’Aurélie, c’est « de l’animation et un plus pour les habitants ». « Il faut qu’on évite de devenir des villages-dortoirs », poursuit-elle. D’ailleurs, elle et son adjointe ont elle-même été distribuer les prospectus de la coiffeuse dans les boîtes aux lettres de leurs administrés pour annoncer son arrivée.

Faire revivre les petits villages


Même constat du côté des clients. Mercredi matin, elles sont trois dans le petit habitacle. Odile qui attend son tour reconnaît : « Dans les petits villages, il n’y a pas grand-chose, plus beaucoup de commerces, alors un projet comme celui-ci ça peut dépanner les gens ». Elle-même est venue sur les conseils de son mari qui était là quinze jours plus tôt. D’ordinaire, elle fait 25 km en voiture pour aller se faire coiffer à Moulins.

Le pari d’Aurélie est donc une affaire qui roule. D’ailleurs, la jeune femme fourmille d’idées pour la suite : installer la climatisation pour les beaux jours qui arrivent, créer son site web et peut-être même passer à un camping-car encore plus spacieux. « Mais avec plus grand, il faudra que j’apprenne à gérer les manœuvres », glisse-t-elle dans un sourire.