Emmanuel Macron à Vichy et à Moulins : ce qu’il faut retenir de la visite du président de la République dans l’Allier

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine Lopes
Mercredi 8 décembre, Emmanuel Macron est allé à la rencontre des habitants de Vichy, dans l'Allier.
Mercredi 8 décembre, Emmanuel Macron est allé à la rencontre des habitants de Vichy, dans l'Allier. © LUDOVIC MARIN / AFP

Mercredi 8 décembre, Emmanuel Macron était en déplacement à Moulins et à Vichy dans l’Allier. Retrouvez les moments forts de la visite du chef de l’Etat.

Le président de la République, Emmanuel Macron, était en visite à Moulins et à Vichy, mercredi 8 décembre. Voici les moments forts de cette journée dans l’Allier.

Vers 18h15, Emmanuel Macron a pris un bain de foule dans Vichy. De nombreux habitants étaient là pour approcher le président et prendre une photo. Le bain de foule a duré près d'une heure et demie.

Dans la foule, on pouvait entendre des "Bravo monsieur le président" et quelques "Macron démission". Deux militants anti-pass sanitaire ont rapidement été exfiltrés après avoir scandé "Le pass sanitaire, on n'en veut pas". Malgré quelques invectives, l'ambiance est plutôt bienveillante. Chacun essaie d'approcher le président et de décrocher un selfie.

A Vichy, les habitants ont sorti les téléphones pour immortaliser la venue du président de la République.

Emmanuel Macron entame un dialogue avec des Vichyssois.

Un hommage en présence des époux Klarsfeld

En fin d'après-midi, à Vichy, Emmanuel Macron s’est recueilli devant la stèle en mémoire des déportés juifs. Il était accompagné des époux Klarsfeld. Le chef de l'Etat a respecté un moment de silence devant la stèle érigée en hommage aux 6 500 juifs victimes de la rafle du 26 août 1942. "C'est un moment d'émotion et un moment de soulagement de voir un président venir à Vichy", a réagi Serge Klarsfeld, auprès de l’AFP, alors que le précédent geste mémoriel d'un chef de l'Etat remontait à celui du général de Gaulle en 1959. Surnommés les « chasseurs de nazis », Beate et Serge Klarsfeld ont uni leurs forces pour traquer les anciens responsables nazis dans le monde entier, combattre l'antisémitisme et entretenir la mémoire des victimes de l'Holocauste. Au procès de Klaus Barbie, à Lyon, en 1986, Serge Klarsfeld était avocat de parties civiles. Les époux Klarsfeld ont été décorés en 2018 à l'Élysée par le président Macron, de la Grand croix de la légion d'honneur pour Serge Klarsfeld et de l'Ordre nationale du mérite pour Beate Klarsfeld. 

Emmanuel Macron s'est aussi recueilli devant la stèle qui rend hommage aux 80 parlementaires qui ont refusé de voter les pleins pouvoirs à Pétain en 1940.

Peu avant 17h30, le président de la République a fait une halte au parc des sources de Vichy. Il était entouré de nombreux élus, dont Frédéric Aguilera, maire (LR) de Vichy, Claude Riboulet, président (UDI) du Conseil départemental de l’Allier, Claude Malhuret, sénateur (Les Indépendants) de l’Allier, Jean-Paul Dufrègne, député (PCF) de l’Allier et Jean-Yves Gouttebel, ancien président du Conseil départemental du Puy-de-Dôme.

Dans un tweet, le président de la République écrit : "Les eaux thermales de Vichy sont inscrites depuis juillet au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Une fierté pour les habitants. Une fierté pour la France !"

 

Le président de la République est arrivé à Vichy vers 17 heures. Il était attendu par de nombreuses personnes vers le Hall des Sources.


Claude Malhuret, sénateur de l'Allier, président du Groupe "Les Indépendants - République et Territoires" au Sénat et ancien maire de Vichy, a indiqué à la mi-journée sur Facebook : « Je suis heureux d’accueillir le Président de la République à Vichy et je lui souhaite très chaleureusement la bienvenue. Il découvrira combien notre ville mérite la reconnaissance que vient de lui octroyer l’UNESCO, au moment où Vichy ouvre un nouveau chapitre de sa vie économique, touristique, thermale et sportive ». Il ajoute : « Enfin je veux exprimer ma reconnaissance au président de la République qui a souhaité inscrire un chapitre mémoriel pour ce déplacement. « Vichy nous renvoie à une histoire. Cette histoire, elle est écrite par les historiennes et historiens… gardons-nous de la manipuler, de l'agiter, de la revoir ». Je lui sais gré de ces paroles, comme j’ai été reconnaissant au Président Chirac lorsqu’en 1995 il a affirmé que la période 40/44 était bien de la responsabilité de la France. Puisse cette visite contribuer à mettre fin aux polémiques et aux trop fréquentes confusions entre vichystes et Vichyssois ».

Une rencontre avec les parents de Samuel Paty

En partant de Moulins, le président de la République a rencontré les parents de Samuel Paty, le professeur d'histoire-géographie assassiné en octobre 2020 pour avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves. La présidence n'a donné aucun détail sur cette rencontre qui s'est déroulée en début d'après-midi, sans médias, rapporte l’AFP. Le 16 octobre 2020, Samuel Paty, 47 ans, était décapité dans une rue voisine de son collège du Bois d'Aulne à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), par un jeune réfugié tchétchène. 

Peu après 13h00, le chef de l'Etat est allé à la rencontre des habitants dans le centre de Moulins. 

Les habitants ont pu échanger avec le président, lui demandant par exemple s’il avait reçu un bon accueil des Bourbonnais. « Oui, formidable ! » a répondu sans hésiter Emmanuel Macron.

Le président de la République s'est prêté au jeu des photos.

Emmanuel Macron est allé au devant des Moulinois, venus l'accueillir.

La veille, il a passé la nuit à la préfecture de Moulins, avant de présider dans la matinée le conseil des ministres en visio-conférence depuis la préfecture.

Un enjeu mémoriel

Pour le maire (LR) de Vichy, Frédéric Aguilera, la visite d’Emmanuel Macron répond à un enjeu mémoriel fort : « Quand un président de la République vient à Vichy, il y a aussi un volet historique et il ne faudra pas l’éluder. Je suis extrêmement vigilant à la manière dont l’image de Vichy est associée, entre autres, aux sujets de la Seconde guerre mondiale. On a trop souvent tendance à nous enfermer sur ces 4 ans d’histoire alors que nous avons 2 000 ans d’histoire. La parole présidentielle est forte de symbole car il n’y a pas eu de visite mémorielle d’un président depuis 1959 avec le général De Gaulle. Cette présence sera forte, au cœur de la ville, avec un parcours qui empruntera certains lieux symboliques. On attend un accompagnement pour réhabiliter le nom du Vichy ou au moins ne plus stigmatiser la ville. Le fait que le président soit présent est un pas en avant non négligeable ».      

Des échanges prévus avec les habitants

Concernant le programme du président, un communiqué de l’Elysée précise : « Au cours de ces deux jours, le chef de l’État échangera avec des commerçants, élus, professionnels de l’aide à domicile, acteurs associatifs, bénévoles etc. sur les problématiques et enjeux rencontrés dans leurs territoires, ainsi que sur les différents dispositifs et mesures mis en place pour y répondre ». A Vichy, le président de la République doit le point sur le plan national d’ « Action cœur de ville » dont a bénéficié la commune. Ce dispositif, lancé en 2018, à la demande d’Emmanuel Macron, vise à renforcer l’attractivité des villes moyennes en investissant prioritairement dans leur centre-ville. Il s’agit du premier programme public centré sur les villes moyennes depuis 1974. A Vichy, le président doit visiter le Hall des Sources à partir de 17 heures. Dès 19h30, il est attendu au centre omnisports Pierre-Coulon afin d’échanger avec les acteurs associatifs de la communauté d’agglomération Vichy Communauté.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.