Miss France 2023 : « Ce n’est pas Sois belle et tais-toi » insiste Miss Auvergne

Pour elle ce n'est pas qu'un simple concours de beauté. Samedi 17 décembre, Alissia Ladeveze, Miss Auvergne, participera à l'élection de Miss France, depuis Châteauroux. Elle se confie avant le jour J.

C’est un immense défi que s’apprête à relever Alissia Ladeveze. Celle qui a été élue Miss Auvergne 2022 en septembre dernier fait partie des 30 prétendantes au concours de Miss France 2023. La finale aura lieu le samedi 17 décembre à Châteauroux. Alissia n’a qu’un objectif en tête : « Je suis très concentrée, très excitée parce que le concours approche très rapidement. On est à J moins 9 et cela fait un moment qu’on en parle. J’ai hâte d’y être. Depuis une bonne semaine, on est à Châteauroux. On répète toute la journée les chorégraphies pour l’élection ». Elle a d’abord décroché la couronne de Miss Allier. Elle est consciente de certaines faiblesses et mise sur son naturel pour faire la différence : « Je ne mise pas vraiment sur la danse car ce n’est pas mon point fort. Je ne suis pas une grande danseuse. J’essaie de faire au mieux et je me surprends moi-même. J’essaie de rester simple, d’être souriante. J’espère que c’est cela qui fera la différence ».

Un voyage en Guadeloupe

Depuis quelques temps, elle est dans la bulle Miss France. Alissia a eu la chance de partir en voyage. Elle raconte : « Avec les Miss, je suis partie une semaine en Guadeloupe. C’était génial. C’était la première fois que je partais dans les DOM-TOM. C’était super, on a eu un accueil digne de stars. On a fait pas mal d’activités là-bas, des photos, des repas ». 

Mais le concours Miss France est très exigeant. La native de Vichy, après avoir suivi des cours à l’ESC Clermont, a dû mettre ses études entre parenthèses. Alissia explique : « Ce n’était pas forcément une obligation, sauf pour le mois de préparation. Je devais débuter une formation dans une école de publicité à Lyon, en alternance. C’était très compliqué de continuer les deux. On a décidé de décaler ma rentrée à l’année prochaine. Je me consacre cette année aux Miss. Ce qui m’arrive est unique et j’ai envie d’en profiter à fond pour ne pas avoir de regrets plus tard ».

"L’ambiance est plutôt bon enfant"

La jeune femme de 21 ans redoutait un peu la vie entre Miss. Une angoisse qui s’est finalement dissipée. Elle confie : « L’ambiance est plutôt bon enfant. On s’entend toutes bien. Il n’y a pas de groupes. On est toutes ensemble. Je suis agréablement surprise de l’ambiance ». Aucune Miss Auvergne n’est jamais devenue Miss France. Alissia le sait et compte bien briser cette malédiction : « Ce n’est jamais arrivé. Les classements se font rares en Auvergne. La dernière fois c’était il y a 9 ans. Je vais essayer de faire au mieux pour apporter un classement au moins, ou la couronne, ce qui serait génial ». Elle espère faire chavirer le public : « Il faudra convaincre les Auvergnats, le public, et les Français en général. J’espère avoir la chance d’être sélectionnée dans les 15 pour pouvoir prendre la parole et exposer mon point de vue. C’est à mon sens très déterminant ». En effet, seules les 15 finalistes ont le droit de s'exprimer, après une première sélection.

Des Miss de bon conseil

Pour cela, la Vichyssoise a glané quelques conseils auprès d’autres Miss Auvergne : « Anaïs, Miss Auvergne 2021, m’encourage et me supporte beaucoup. Elle me donne plein de conseils depuis bien avant le concours Miss Auvergne. Nous sommes devenues très proches. Il y a aussi Marianne, Miss Auvergne 2017, qui m’encourage. Le lendemain de mon élection, la plupart des anciennes Miss Auvergne m’ont donné des conseils, via un groupe de discussion. J’ai été très bien accueillie ». Alissia a un mot pour tous les détracteurs du concours : « Je leur conseille de regarder l’émission. Dernièrement le concours a évolué, en même temps que la société. Il y a de moins en moins de critères de sélection. Cela reste un concours mais les femmes de plus de 24 ans peuvent se présenter, ainsi que les femmes mariées, les mamans, les femmes tatouées. Cela prouve que le concours évolue de la bonne façon. Ce n’est pas uniquement un concours Sois belle et tais-toi , avec la plante verte qui est élue juste parce qu’elle est jolie. On nous demande bien plus que ça ». Miss Auvergne 2022 est consciente du chemin parcouru depuis son élection de Miss Allier. Elle souligne : « C’est assez dingue. Je n’avais jamais participé à un concours. J’y pensais depuis quelques années mais je n’avais jamais sauté le pas. Je suis devenue Miss Allier. J’ai travaillé, j’ai progressé. J’ai ensuite réussi le concours Miss Auvergne. Je me dis jamais deux sans trois ! J’espère que ça marchera pour moi ! ». Réponse samedi 17 décembre. Le jury du concours sera présidé par l’acteur Francis Huster.