• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Parkinson : dans l’Allier, un carnettiste dépeint son combat contre la maladie

En 2015, un auteur de carnets de voyage de l'Allier s'était fixé comme objectif de rallier Brugheas à La Rochelle en vélo. Un peu plus de 400 kilomètres en une douzaine de jours. Une formalité pour une personne en bonne santé, un exploit pour ce malade parkinsonien. Il relate ce périple dans un carnet de voyage. / © P. Franco / France 3 Auvergne
En 2015, un auteur de carnets de voyage de l'Allier s'était fixé comme objectif de rallier Brugheas à La Rochelle en vélo. Un peu plus de 400 kilomètres en une douzaine de jours. Une formalité pour une personne en bonne santé, un exploit pour ce malade parkinsonien. Il relate ce périple dans un carnet de voyage. / © P. Franco / France 3 Auvergne

En 2015, un auteur de carnets de voyage de l'Allier s'était fixé comme objectif de rallier Brugheas à La Rochelle en vélo. Un peu plus de 400 kilomètres en une douzaine de jours. Un véritable exploit pour cet artiste atteint de la maladie de Parkinson. Il relate ce périple  dans un carnet de voyage.

Par Pascal Franco

Eric Tournaire peint. Assis à sa table de cuisine le plasticien interprète à sa façon la réalité. Avant de rallier la Rochelle en vélo en juillet 2015, il ne travaillait qu'à partir de photos prises lors de ses voyages.
Pour réaliser son dernier carnet en date, le voyage de Monsieur Parkinson, le carnettiste a changé de méthode.

« C’est la première fois que je travaille - comme disaient les impressionnistes – sur le motif. Tous les jours, sur les routes je dessinais. Cela a été assemblé dans le carnet. On a essayé de faire ressortir à la fois les rencontres et le fait de dessiner sur place » raconte Eric Tournaire
Diagnostiqué parkinsonien il y a 5 ans Eric Tournaire se tourne alors vers le sport.
Un vélo adapté, financé par les internautes, lui permet de réaliser son voyage à la Rochelle. Depuis il est devenu son meilleur allié pour lutter contre les effets néfastes de la maladie. Il parcourt ainsi une trentaine de kilomètres, 3 à 4 fois par semaine.

« Ça permet de faire reculer la maladie et de récupérer ce que, de temps en temps, je perds, en faisant marcher les muscles et en sécrétant des endorphines. Donc le plaisir est double : le plaisir de la balade, du vélo et puis la satisfaction d’inverser le processus de la maladie » explique-t-il.
Les droits d'auteur de ce carnet de voyage sont entièrement reversés à l'association France Parkinson.
Le plasticien s'implique aussi pour mieux faire connaitre une affection qui fait peur, encore méconnue.


© P. Franco / France 3 Auvergne
© P. Franco / France 3 Auvergne


Si l'ouvrage est plein d'espoir, il parle aussi de la maladie.
« Les malades se retrouvent isolés à l’intérieur d’eux-mêmes, à l’intérieur de leur famille. Pour les proches c’est pas du tout facile. C’est extrêmement éprouvant d’avoir quelqu’un qui souffre de cette maladie. Quand je regarde par où je suis passé je me sens soulagé, je me dis qu’il y a un espoir et c’est ce que j’essaie de transmettre à travers mes livres » confie-t-il.

Avec Madeleine Meunier, co-auteur du voyage de « Monsieur Parkinson », l'heure est à la préparation de la 18ème édition des rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand. L'ouvrage sera présenté à cette occasion à la mi-novembre.

Les 2 auteurs chercheront aussi un éditeur pour un nouvel ouvrage facétieux, Welcome to Meetland. Un carnet sur leur voyage au pays… des sites de rencontres. Livre jeunesse, carnets de voyage, polars. Avec 5 ouvrages au compteur cette année Monsieur Parkinson fait un véritable pied de nez à la maladie.

Parkinson : dans l’Allier, un carnettiste dépeint son combat contre la maladie
En 2015, un auteur de carnets de voyage de l'Allier s'était fixé comme objectif de rallier Brugheas à La Rochelle en vélo. Un peu plus de 400 kilomètres en une douzaine de jours. Une formalité pour une personne en bonne santé, un exploit pour ce malade parkinsonien. Il relate ce périple dans un carnet de voyage. Intervenant : Eric Tournaire, plasticien - P. Franco / P. Felix / D. Leyerloup / France 3 Auvergne

 

Sur le même sujet

Haute-Loire : il faut sauver le busard cendré

Les + Lus