Andance (Ardèche): après le drame de Mirepoix, des riverains et des élus inquiets au sujet du pont suspendu Marc-Seguin

Andance, le pont Marc-Seguin a connu 4 mois de travaux de rénovation. l'inauguration des travaux a eu lieu le 29 novembre 2019... / © D.Pajonk
Andance, le pont Marc-Seguin a connu 4 mois de travaux de rénovation. l'inauguration des travaux a eu lieu le 29 novembre 2019... / © D.Pajonk

Il relie Andance à Andancette, le pont suspendu Marc-Seguin vient d'être rénové. Pourtant certains habitants et élus sont inquiets. L'ouvrage de 1827 est interdit aux plus de 7,5 tonnes. Une interdiction que certains ignorent. Un accident semblable à celui de Mirepoix pourrait-il se produire ici ? 

Par Dolores Mazzola

Dans le nord Ardèche, l'ouvrage qui enjambe le Rhône, date de 1827. Le pont d'Andance relie la commune ardéchoise à Andancette, dans la Drôme. Le pont Marc-Seguin est le pont suspendu le plus ancien du département de l'Ardèche et même le plus vieux de France. Il a tout récemment bénéficié de travaux d'entretien.

Ainsi, des pièces métalliques situées sous la structure et qui servent d'appuis au pont au passage des voitures, ont été changées. Les travaux ont duré quatre mois. Lancés début juillet, ils ont été terminés fin octobre. Le pont a été rouvert à la circulation début novembre... et les travaux inaugurés le vendredi 29 novembre. C'est le conseil départemental de l'Ardèche qui est gestionnaire de l'ouvrage. 
 


Ce pont routier est emprunté par 7 000 à 8 000 véhicules chaque jour. Théoriquement, il est interdit aux véhicules de plus de 7,5 tonnes. Or apparemment, des engins bien plus lourds empruntent l'ouvrage. C'est le cas de camions et de bus de ramassage scolaire. Jusqu'en 2011, le poids était homologué pour des véhicules allant jusqu'à 16 tonnes.

La situation n’est pas sans inquiéter les élus et les parents d’élèves du secteur. Malgré les travaux importants qui ont été réalisés, les élus ne considèrent pas que les problèmes de sécurité comme réglés. Leurs inquiétudes ont notamment été ravivées par la récente catastrophe du pont de Mirepoix-sur-Tarn, près de Toulouse.

Certains réclament la réalisation d'un nouveau pont entre les deux communes depuis plusieurs années. D'autant que les ouvrages situés en amont et en aval sont saturés. Aujourd'hui, des élus du secteur demandent que les études concernant la réalisation d'un nouveau pont débutent au plus vite. Coût estimé d'un tel projet : entre 30 et 50 millions d'euros.
 
© D.Pajonk
© D.Pajonk


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus