Coronavirus Covid 19. Les pompiers de l'Ardèche au secours des Ehpad du département

Depuis le 14 avril, des sapeurs-pompiers volontaires de l’Ardèche viennent prêter main-forte aux personnels des maisons de retraite du département. Objectif : un soutien logistique et moral, mais aussi des soins infirmiers afin de soulager les équipes souvent épuisées. C'est inédit en Ardèche.

Coronavirus et confinement : Les sapeurs-pompiers volontaires d'Ardèche interviennent en soutien dans les EHPAD, dont celui de Cruas, depuis le 14 avril 2020.
Coronavirus et confinement : Les sapeurs-pompiers volontaires d'Ardèche interviennent en soutien dans les EHPAD, dont celui de Cruas, depuis le 14 avril 2020. © sdis 07
Leur arrivée a été vécue comme une vraie bouffée d’oxygène. Depuis mardi, trois sapeurs-pompiers volontaires de la commune travaillent chaque jour auprès des personnels de l’Ehpad des Myrtilles à Saint-Pierreville.
L’établissement est à bout de souffle. Il fait face à des problèmes importants d’absentéisme de son personnel. Le Covid-19 est passé par là. Un dixième des agents est malade mais surtout neuf résidents sur les soixante-six que comptent encore l’Ephad sont décédés depuis le début de l’épidémie. Un vrai traumatisme pour cette équipe « dévouée et très investie ».

Yvan Muschitz, le directeur poursuit « l’uniforme de pompier rassure les résidents et apporte un vrai soutien moral au personnel. Le confinement de l’Ehpad a obligé l’équipe à se replier sur elle-même. On s’est même parfois sentis abandonnés. Désormais, on est moins seul. La venue des pompiers, c’est une bouffée d’oxygène !  On en avait vraiment besoin. Pourvu que cela continue. »

Du côté de la mairie de cette petite commune rurale de la vallée l’Eyrieux, on est soulagé de pouvoir compter sur ces volontaires. « Nous avions anticipé les consignes des autorités de Santé. L’établissement a été confiné une semaine avant les recommandations nationales. Les dernières admissions ont même été reportées par précaution » mais Sabine Loulier, l’avoue « aujourd’hui, il faut reconnaitre que cela commence à faire long pour tout le monde ».

   

Un soutien sur la base du volontariat


Au sein de l’Ehpad de Saint-Pierreville, les sapeurs-pompiers font marcher les résidents dans le petit jardin, font la conversation surtout quand les personnes sont alitées et ils distribuent les repas. Les volontaires passent également beaucoup de temps à désinfecter. Des chambres aux rampes d’escalier et aux poignées de portes. « Ce travail de fourmi est l’une des armes les plus puissantes contre la propagation du virus. Il est d’autant plus indispensable qu’une partie de nos patients sont atteints de syndrome d’Alzheimer. Ils oublient les règles de confinement et peuvent parfois sortir de leur chambre à notre insu. »
L’établissement est chargé de fournir les équipements de protection nécessaires aux pompiers. Des masques en majorité, mais aussi des tenues complètes quand ils interviennent en secteur Covid.

Le choix des pompiers qui travaillent dans les Ehpad s’est fait sur la base du volontariat. « Et ils sont nombreux à s’être portés spontanément volontaires » glisse Gilbert Vernet. Le sergent-chef qui dirige le centre de Saint-Pierreville n’est pas étonné de cet engagement. Même si les conditions de travail sont parfois difficiles.
 

Un potentiel d'intervention multiplié par deux


Dans certains Ehpad, les pompiers peuvent intervenir de dix à douze heures par jour sans pouvoir sortir, surtout si l’établissement été infecté par le virus. « Les journées sont éprouvantes pour mes hommes » reconnait Alain Rivière, le directeur départemental des services de secours « mais cela nous faisait mal au cœur de voir souffrir les Ehpad sans pouvoir intervenir. Beaucoup de pompiers sont volontaires pour mener cette mission.»

L’un des effets inattendus du confinement, c’est que je peux compter sur une réserve jamais vue auparavant. Comme la plupart d’entre eux ne peuvent pas se rendre sur leur lieu de travail, ils se mettent en disponibilité. Désormais, j’ai un potentiel de 500 pompiers par jour dans le département. C’est deux fois plus que d’habitude. 


L’opération inédite en Ardèche a été lancée mardi 14 avril. Pour l’instant, sur les 80 Ehpad du département, sept ont été ciblés en priorité : Saint-Pierreville, Marcols-les-Eaux, Saint-Péray La Voulte, Cruas, Le Teil et Villeuneuve-de-Berg. L’ARS et la Préfecture centralisent les demandes envoyées par les directeurs des maisons de retraite et fait son choix en fonction des urgences. « La priorité est donnée aux établissements qui sont touchés par le virus » précise la préfecture « et là où les équipes ont le plus besoin de soutien, de souffler en fait. »

Dans les prochains jours, la participation des pompiers ardéchois sera étendue à d’autres maisons de retraite du département. Ils seront même amenés à réaliser directement des soins infirmiers et à procéder à des prélèvements de dépistage du coronavirus.
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société pompiers coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter