L'Ardéchois Olivier Dussopt prend ses fonctions au ministère du Travail

Publié le
Écrit par Théo Touchais avec AFP

Olivier Dussopt a fait son arrivée au ministère du Travail. La passation des pouvoirs a eu lieu ce matin entre Elisabeth Borne, désormais Première ministre et l’ex-député et maire d’Annonay qui lui succède. Retour sur la carrière de cet Ardéchois, ministre aux chantiers attendus.

"Le plein emploi est à portée de main". Ce matin, lors de la passation des pouvoirs au ministère du Travail, la nouvelle Première ministre Elisabeth Borne ne mâche pas ses mots au sujet de son successeur.

"J’ai pu voir vos qualités d’écoute, votre capacité à convaincre et à trouver les équilibres nécessaires. Vous le faites avec franchise sans jamais trahir ni vos valeurs ni vos engagements."

Son successeur, c’est Olivier Dussopt, un fidèle de la majorité. A 43 ans, ce représentant de l’aile gauche de la Macronie quitte Bercy. Il y a secondé le ministre de l’Economie Bruno Le Maire comme ministre délégué aux Comptes publics depuis la mi-2020.

Plusieurs fonctions à Bercy

A ce poste, il a assuré une mission particulière : être gardien des comptes publics pendant le « quoi qu’il en compte ». La période où le gouvernement a dépensé sans compter pour soutenir l’économie. En d'autres termes, "il a été le ministre d'un budget qui n'existe plus", raille un pilier de la commission des finances de l'Assemblée nationale.

Pas de quoi déstabiliser cet homme au visage poupin et à la voix fluette qui avait déjà assuré des fonctions au gouvernement. Lorsqu’il est débouché du parti socialiste fin 2017 pour rejoindre le gouvernement d’Edouard Philippe, il atterrit à Bercy au secrétariat d'Etat à la Fonction publique. Charge à lui notamment de mener la controversée loi de transformation de la fonction publique face à des syndicats rétifs.

Le souci des collectivités

Olivier Dussopt n’a eu cesse de défendre la « responsabilité » de la ligne gouvernementale avec une priorité : le souci des collectivités. C’est la constante du parcours d'Olivier Dussopt, député de l'Ardèche de 2007 à son entrée au gouvernement, maire d'Annonay, petite ville industrielle de 17 00 habitants, de 2008 à 2017, dont il reste conseiller municipal jusqu'en 2020.

Après un DESS en conseil en développement économique et ingénierie territoriale, ce fils d'ouvriers entre en politique comme collaborateur du sénateur Michel Teston. Adhérent du PS depuis 2000, proche de la Nouvelle Gauche avec Benoît Hamon, il intègre en 2008 la direction nationale du parti.

Lors de la primaire socialiste fin 2011, il est porte-parole de Martine Aubry, avant de rejoindre la campagne de François Hollande, puis de devenir le porte-parole de Manuel Valls lors des primaires de 2017.

"Pas beaucoup d'influence"

Ce parcours devait à son arrivée apporter "une caution plus de gauche" au gouvernement, selon un membre de la majorité. Cinq ans plus tard, beaucoup jugent qu'il "n'a pas eu beaucoup d'influence" sur le cours des choses.

Régulièrement interpellé sur un quinquennat qui pencherait plutôt à droite, l'ex-socialiste défend un exécutif qui a notamment mis en place le reste à charge zéro pour les soins dentaires et optiques.

La réforme des retraites : grand chantier à venir

Aujourd’hui, au ministère du Travail, Olivier Dussopt aura la lourde tâche de mener la réforme "nécessaire des retraites". Pour cela, il entend "dialoguer et concerter" avec les partenaires sociaux pour qu’elle "soit menée à bon port" et qu’elle soit "aussi juste que responsable"

Le ministre du Travail, mais aussi du Plein Emploi et de l'Insertion a d’ores et déjà prévu de recevoir les partenaires sociaux "afin d'évoquer avec eux leurs projets et leurs attentes", et de "nouer tout de suite une relation de travail et, je l'espère, une relation de confiance".