Braquage rocambolesque d'un fourgon blindé en Suisse en 2018, 15 personnes interpellées

Publié le Mis à jour le
Écrit par YG avec AFP

Les braqueurs auraient enlevé la fille du convoyeur pour le forcer à leur remettre l'argent de son fourgon blindé. Le braquage rocambolesque survenu en Suisse en février 2018 vient de connaître un nouveau rebondissement.

Quinze personnes ont été interpellées ce mardi 14 mai 2019 dans la matinée dans l'affaire du rocambolesque braquage en février 2018 d'un fourgon de transport de fonds en Suisse, précédé de l'enlèvement de la fille d'un convoyeur.

Treize de ces interpellations ont eu lieu en France et deux en Suisse, selon une source proche du dossier, confirmant une information du site internet du Parisien. Certains sont connus pour grand banditisme.
 

Contrainte de téléphoner à son père


Le 8 février 2018, la jeune femme affirme avoir été kidnappée à son domicile, en fin d'après-midi, par deux faux plombiers. Après l'avoir ligotée, ils l'auraient contrainte à téléphoner à son père, employé en Suisse par la société de transport de fonds SOS Surveillance. Domicilié à Annemasse (Haute-Savoie), ce dernier, qui était en train d'effectuer une tournée avec son collègue dans un fourgon blindé rempli d'argent, aurait alors été forcé d'en remettre le contenu à trois hommes armés qui l'attendaient sur un parking près de Chavornay dans le canton de Vaud. 

Relâchée, la jeune femme avait été découverte par un passant au bord d'une route dans l'Ain et conduite à la gendarmerie.

 

Le butin revu à la baisse


Les deux convoyeurs et la victime de l'enlèvement avaient été placés en garde à vue dans les jours qui avaient suivi le braquage, avant d'être relâchés.

Le butin de ce braquage rocambolesque avait d'abord été estimé entre 20 et 30 millions de francs suisses, puis revu à la baisse entre 10 et 15 millions (8,6 à 12,9 millions d'euros).  

En juillet 2018, deux millions d'euros issus de ce braquage avait été retrouvés près de Lyon chez un homme qui a été mis en examen et écroué. 
 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité