• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

“Une canicule plus précoce qu'en 2003”, Serge Taboulot de Météo France Grenoble

© France 3 Alpes
© France 3 Alpes

C'est tôt dans l'été, même très tôt. Mais la canicule est bel et bien annoncée pour ce début juillet. Le secteur de Grenoble va avoir chaud, très chaud avec des températures qui resteront élevées la nuit. Interview du chef de l'antenne de Météo France Grenoble. 

Par Franck Grassaud

A compter du mercredi 1er juillet, le mercure va s'envoler. Les premières nuits faisant penser à un épisode caniculaire seront celles de mercredi à jeudi et de jeudi à vendredi, selon les prévisionnistes de Météo France. Car c'est bien ce qui fait la différence avec un simple épisode de chaleur, l'amplitude thermique entre le jour et la nuit s'affaiblit pendant au moins 72 heures. Et le week-end prochain sera chaud, très chaud avec des températures voisines de 40°C sur Grenoble. 

En cause, une masse d'air saharienne très sèche aspirée par une tendance dépressionnaire au milieu de l'Atlantique. L'Espagne souffre déjà de la canicule. 

Ce qui marque, c'est la précocité de cet épisode. En 30 ans environ, -depuis que les mesures sont instaurées à Saint-Geoirs-, on a rarement vu ça. Même en 2003, les températures les plus fortes, 39,5°C à Saint-Geoirs, 41°C à Grenoble, avaient été enregistrées le 13 août. Pour Météo France, cette chaleur anticipée est le signe de répliques à venir. Serge Taboulot, du centre Météo France explique: "on a déjà eu une petite alerte au mois de juin et cette petite alerte a contribué à réchauffer les sols. La véritable canicule est due au réservoir d'énergie accumulé dans les sols. C'est effectivement pourquoi on peut penser que ce sera durable et grave."

Interview réalisée par Sophie Pellerin et Vincent Habran 
Interview Météo France

A lire aussi

Sur le même sujet

Module Procès Yassine Amari

Les + Lus