Cet oiseau est originellement plus habitué aux grandes plaines humides, son milieu de prédilection qu'aux monts du Cantal. Un couple de cigognes blanches a ceci dit bel et bien fait son nid dans le Cantal, où cela ne s’est jamais vu auparavant.

La cigogne blanche est un oiseau qui ne nichait pas dans le Cantal jusqu’alors. Elle n’y avait jamais été repérée, le contexte n’y étant pas des plus favorables pour elle pour se reproduire et l'oiseau correspondant plus à une espèce de plaine que de montagne.

Il en est désormais autrement ! Ce sont des observateurs bénévoles cantaliens qui ont donné l’alerte à la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux).

Ils ont tout d’abord observé, dans le bassin d’Aurillac, plus d’une dizaine de cigognes qui y sont restées un certain temps pour se nourrir. Au sein de ce groupe, deux d’entre elles ont commencé à avoir des comportements territoriaux, à chasser les autres individus du groupe et à commencer à se constituer un nid.

Un événement insolite localement

Le site en question a alors été surveillé et il a été constaté que l’installation du couple de cigognes blanches se vérifiait et qu'il se reproduisait de manière certaine dans le département.

On observe bien les cigognes blanches en migration, en survol au-dessus du Cantal, pour des haltes ou au sein de groupes imposants composés parfois de plusieurs dizaines d’individus. Les oiseaux s'y posent plutôt pour se nourrir ou reprendre des forces sur leur chemin vers l’Afrique où elles vont hiverner à l’automne, le sud-ouest de l’Europe (Espagne, Portugal) ou  désormais même vers le littoral méditerranéen français où, du fait du réchauffement climatique, elles hivernent également depuis les années 1990.

Mais elles ne s’arrêtent en général pas dans le Cantal pour s'y reproduire. Il s'agit donc bien là d'un événement tout à fait insolite au niveau local.

Des oiseaux pionniers

C’est souvent de cette manière que cela démarre, explique Mathis Vérité, chargé de mission à la Ligue de Protection des Oiseaux en Auvergne-Rhône-Alpes : "

" Il suffit qu’un couple pionnier s’installe dans un territoire lui semblant favorable pour qu’ensuite, une population s’installe de manière plus pérenne "

En Auvergne, c’était jusqu’à présent uniquement dans l’Allier que la cigogne blanche nichait.

" Avec une belle population datant des premiers couples venus s’y installer. Cela a dû commencer dans les années 1980. Dans le Puy-de-Dôme, il y a eu un couple isolé qui s’est installé dans les années 1990-2000, qui y a niché avant d’abandonner le secteur "

complète Mathis Vérité.

Collaborations entre naturalistes passionnés et professionnels

En Auvergne et dans le Cantal, des naturalistes bénévoles observent les oiseaux autour de chez eux au quotidien et renseignent des bases de données participatives en ligne sur les événements dont ils sont témoins.

" Auparavant, on répertoriait ces événements dans des carnets, à l’ancienne. Aujourd’hui, avec internet, on a des bases de données partagées entre professionnels et bénévoles et ce sont celles dont nous nous servons pour assurer le suivi de l’avifaune locale. Nous les utilisons pour la sauvegarde de toutes nos observations "

Dont cette nidification, détectée par ces bénévoles qui ont fait remonter l’information à la LPO. De premiers signes de cantonnement (installation d’un couple ou d’un individu sur un territoire) ont été signalés début avril 2023 et une ponte a vraisemblablement eu  lieu aux alentours du 18 avril, explique Mathis Vérité.

" C’est chouette d’avoir eu des bénévoles passionnés qui aient et détecté ce phénomène dans le bassin d’Aurillac "

 

La Ligue de Protection des Oiseaux préfère garder secret le site où se trouve le nid pour ne pas inciter les trop curieux à se rendre sur place et perturber cette première reproduction et le bon développement de la nichée.

" A l’heure actuelle, la plupart des cigognes qui ont fait étape dans le Cantal sont reparties, même s’il en reste quelques-unes dans le secteur. Mais seul ledit couple d’oiseaux s’est installé dans le Cantal et y a nidifié "

termine Mathis Vérité.

L’éclosion des cigogneaux cantalous est prévue ces prochains jours.

LIENS :