Cet article date de plus de 8 ans

"Le compteur des agressions continue à tourner", à la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère)

Dans un communiqué, l'UFAP/UNSa-Justice évoque une nouvelle agression au centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier sur un gardien qui a écopé d'un arrêt de travail provisoire de cinq jours dont deux jours d'ITT.
La porte du centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier
La porte du centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier © France 3 Alpes
11h30, ce mercredi 10 avril, un détenu qui réintègre son étage marque un arrêt devant la cellule d'un autre prisonnier, se baisse, et tente de glisser sous la porte. Le surveillant s'approche, lui demande de poursuivre sa marche et décide d'opérer une fouille. Il découvre alors un téléphone portable et au moment de poursuivre la palpation, le détenu l'attrape au bras et l'entraîne au sol en lui imposant une torsion du genou. Il retombe sur le dos de l'agent.

Le détenu a finalement été maîtrisé. Blessé au genou et au dos le gardien s’est rendu aux urgences et donc un arrêt de travail lui a été prescrit.

Dans son communiqué, l'UFAP/UNSa Justice affirme qu'une plainte doit être déposée par l'agent. C'est même la règle désormais en pareil cas dans cet établissement après l'interpellation de sept agents soupçonnés d'avoir molesté un détenu la semaine dernière.

A ce propos, le syndicat dit "garder confiance". Dans son communiqué, Alain Chevallier, secrétaire général adjoint UFAP/UNSa-Justice déclare: "Si le procureur semble en effet avoir son avis sur la mauvaise conduite de notre établissement, nous pensons également qu’il n’en fera pas payer pour autant l’addition à ceux qui en sont les premières victimes". 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prison