Coronavirus : les allergies au pollen reviennent, quels bons gestes adopter ?

Image d'illustration. / © Sebastien Jarry/MaxPPP
Image d'illustration. / © Sebastien Jarry/MaxPPP

Les belles températures qui règnent en France ce week-end signent le retour des pollens, et avec eux des allergies de printemps. En ces temps de confinement, voici les conseils d'un ORL pour bien se préparer et protéger son entourage.

Par Thomas Hermans

Ca y est, les pollens sont de retour. Deux semaines après son début officiel dans les calendriers, le printemps est arrivé et avec lui de belles températures ce week-end. En conséquences, le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) a décidé de classer la moitié centrale de la France, dont l'Isère, la Savoie et la Haute-Savoie, en risque élevé d'allergie, en particulier aux pollens de bouleau. 

Selon plusieurs estimations, notamment du RNSA, plus de 20% de la population française souffre d'allergies respiratoires dues aux pollens. Et ces 20% pourraient tirer profit du confinement, comme l'explique Hubert Bigot, ORL à Sallanches en Haute-Savoie : 

D'un point de vue d'allergologique, le confinement c'est plutôt bien parce qu'on est moins exposé à l'extérieur. Si on est allergique aux acariens ou à la poussière, il faut aérer et passer l'aspirateur. Mais si on est allergiques au pollen, il ne faut pas aérer. Ca permet d'échapper aux allergènes.

Porter un masque, encore plus important pour un allergique


Pour autant, les habitués du rhume des foins ne seront pas miraculeusement débarrassés de leurs allergies ce printemps. Et il est pour eux toujours important d'adopter des gestes de protection. En tête desquels éviter l'exposition à des substances irritantes, comme la fumée de tabac, privilégier l'aération des pièces avant et après le coucher du soleil, et se rincer les cheveux le soir en cas de sortie.

"Les allergiques le savent déjà, mais il faut prévoir des anti-histaminiques", prévient le docteur Hubert Bigot. Les médecins peuvent toujours en prescrire par téléconsultation, et "les pharmaciens sont assez souples en cette période". Les difficultés pour trouver de quoi traiter ses allergies semble donc faibles.

En ce qui concerne les allergies nasales, le docteur Bigot recommande des lavages du nez réguliers, avec des solutions salines disponibles en pharmacie ou préparables soi-même. Avec quelques précautions supplémentaires par rapport à d'habitude :

Si l'on est seul chez soi, on peut le faire sans problème. Si d'autres personnes sont confinées dans la même habitation, il faut prendre des précautions, le faire dans la salle de bain, désinfecter après. Le lavage nasale peut disperser le virus si l'on a la Covid-19.

Il conseille d'ailleurs aux souffrants d'allergies nasales de "toujours porter un masque", un éternuement pouvant largement répandre le coronavirus dans l'air et sur les surfaces, même pour un porteur asymptomatique. La même attention doit être accordée pour se moucher, en respect des gestes barrières recommandées par les autorités sanitaires.
 

Les mêmes gestes barrières, "dix fois plus souvent"


En somme, "un allergique doit prendre les mêmes précautions que n'importe qui pendant le confinement, mais doit les mettre en oeuvre dix fois plus souvent pour protéger son entourage", résume le docteur Bigot.

A rappeler que les éternuements et le nez qui coule ne font pas partie des symptômes principaux de la Covid-19, ce qui n'empêche pas un porteur du coronavirus de souffrir de ses allergies annuelles.

Hubert Bigot avertit en revanche sur l'utilisation de médicaments à base de corticoïde "en prévention des allergies. Ce n'est pas interdit, mais on peut éviter", complète-t-il. Ces médicaments seraient en effet susceptibles de favoriser les infections, Covid-19 y compris.

Pour quelqu'un qui suit un traitement à la corticoïde régulier pour les bronches en revanche, "la réaction immunitaire n'est pas atteinte, alors que l'arrêt du médicament peut déclencher une crise d'asthme et une inflammation", prévient le docteur Bigot. 

D'autres explications sur les pollens, le mécanisme allergique et les gestes à adopter sont disponibles sur le site internet du RNSA.

Nous vous dévoilons ci-dessous la recette d’eau salée hypertonique des Thermes de Saint-Gervais Mont Blanc, approuvée par le docteur Hubert Bigot :
- Laver soigneusement, puis rincer un récipient en verre d'environ 1 litre. Le remplir avec de l'eau du robinet ou d'une bouteille d'eau minérale. Inutile de la faire bouillir. Ajouter 2 à 3 grosses cuillères à café de gros sel de cuisine. Ne pas utiliser du sel de table, qui peut comporter des additifs indésirables. Ajouter une grosse cuillerée à café de bicarbonate de soude.
- Remuer ou secouer la solution avant chaque usage. La conserver à la température de la pièce.
- Chaque semaine, jeter ce qui reste et refaire une nouvelle solution.
- Si le mélange parait trop fort, utiliser moins de sel : essayer avec 1,5 ou 2 cuillerées à café de sel.
Chez l'enfant, il est préférable de commencer avec une solution moins concentrée, puis d'augmenter progressivement jusqu'à 2 ou 3 cuillerées si l’enfant accepte.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus