Crash d’un hélicoptère de la sécurité civile : 5 autres accidents qui ont endeuillé les secours en montagne

Les secouristes pleurent à nouveau la mort de l’un d’entre eux, tué dans un crash d'hélicoptère ce dimanche. Habitués à intervenir lors d’opérations difficiles, ils prennent souvent tous les risques, au péril de leur vie. Depuis 1963, au moins cinq crashs mortels ont été recensés.
Un hélicoptère du Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne (PGHM).
Un hélicoptère du Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne (PGHM). © Vanessa MEYER/L'ALSACE/MAXPPP

Les secouristes en montagne sont souvent amenés à réaliser des opérations périlleuses pour sauver les personnes qui les appellent au secours. A pied, en rappel ou en hélicoptère, ils sont formés pour intervenir dans toutes les situations et par tous les temps.

Malheureusement, ils interviennent parfois au péril de leur vie. Ce dimanche, un mécanicien de la sécurité civile a trouvé la mort dans le crash d’un hélicoptère près de Villard-de-Lans, et quatre autres personnes à bord ont été blessées. Alors qu’il se rendait en opération de secours pour venir en aide à un cycliste, l’appareil aurait brutalement perdu de l’altitude avant de se crasher.  

 

Décembre 2020

Cet accident rappelle douloureusement celui survenu il y a moins d’un an, en Savoie. Le 8 décembre 2020, un hélicoptère du Saf (Service aérien français) s’était écrasé dans le secteur de Bonvillard à 1800 mètres d’altitude. L’accident, survenu pendant un exercice d’hélitreuillage, avait causé la mort de trois membres du Saf et deux agents de la CRS Alpes.

A la suite de ce crash, les CRS avaient demandé une prime de risque et revendiqué le statut de "spécialité" auprès du ministre de l’Intérieur.

 

Décembre 1999

Quelques mois après le dramatique accident du Pic de Bure, où 20 personnes ont péri dans la chute d’un téléphérique, un autre évènement est venu endeuiller les secouristes des Hautes-Alpes.

Le 15 décembre 1999, cinq secouristes ont perdu la vie dans le crash d’un hélicoptère du Saf. "L'Ecureuil biturbine qui, depuis l'accident du téléphérique, assurait le ravitaillement et la rotation du personnel de l'Institut de radioastronomie millimétrique (Iram) s'est scindé en deux en redescendant. Une partie est restée en haut de la falaise, l'autre s'écrasant au fond d'une combe, non loin de l'endroit où la télécabine a chuté six mois plus tôt" rapportait à l’époque le journal Libération.

 

Avril 1996

Il y a vingt-cinq ans, l’Alouette III du Détachement aérien de gendarmerie de Briançon heurtait un dôme de neige dans le massif du Pelvoux, dans les Hautes-Alpes. Deux majors ont péri dans le crash alors qu’ils se rendaient en opération de secours.

Des militaires du PGHM, du Détachement Aérien de Gendarmerie de Briançon, et des policiers de la CRS Alpes de Briançon ont rendu hommage aux deux victimes lors d'une cérémonie commémorative en 2016.
Des militaires du PGHM, du Détachement Aérien de Gendarmerie de Briançon, et des policiers de la CRS Alpes de Briançon ont rendu hommage aux deux victimes lors d'une cérémonie commémorative en 2016. © Préfecture des Hautes-Alpes

 

Février 1984

Le 3 février 1984, en milieu d’après-midi, un hélicoptère de la Sécurité civile basé à l’Alpe d’Huez s’est écrasé sur la commune de Bourg d’Oisans. L’appareil, qui effectuait une mission de dépannage pour EDF, a heurté une ligne électrique. Le pilote et le mécanicien sont morts dans cet accident, et des agents EDF ont été grièvement blessés.

 

Août 1963

Le 11 août 1963, dans le massif des Ecrins, deux CRS Alpes et un pilote de la Protection civile sont mort dans le crash de l’Alouette II alors qu’ils intervenaient au col du Pic Nord des Cavales pour secourir un alpiniste blessé. L’appareil aurait été déséquilibré alors qu’il cherchait à se poser sur une surface plane. Il s’est écrasé 200 mètres plus bas, sous les yeux des alpinistes qu’il était venu secourir.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne accident faits divers