Crise du Covid-19 : un plan déployé en Auvergne-Rhône-Alpes pour lutter contre la précarité

Publié le
Écrit par Arnaud Jacques
Bénévoles des Restos du Coeur de Bourg-en-Bresse, le 24 novembre 2020
Bénévoles des Restos du Coeur de Bourg-en-Bresse, le 24 novembre 2020 © Laurent THEVENOT/MAXPPP

La crise sanitaire met au jour une nouvelle précarité, notamment dans les zones rurales. 81 projets de solidarité en Auvergne-Rhône-Alpes seront subventionnés par l'Etat. Pour tisser un maillage d'aides sociales, jusque dans les secteurs les plus isolés.

Pour répondre à la casse sociale provoquée par la crise sanitaire, le gouvernement a mis sur la table 100 millions d'euros pour soutenir des projets associatifs.

En Auvergne-Rhône-Alpes, 81 projets ont été retenus pour "structurer davantage l’aide alimentaire dans notre région, favoriser l’accès aux droits pour tous, et accompagner les parents dans la parentalité dans les zones éloignées de structures d’accueil de la petite enfance" selon Pascal Mailhos, préfet de la région.

"La précarité est située de plus en plus en campagne"

"Les faibles loyers à la campagne attirent beaucoup de familles dans le besoin" affirme Claude Thomas, directeur territorial de l'action sociale à la Croix-Rouge de la Loire. Son projet de "Croix-Rouge sur roues" au nord du département a été retenu. Il prévoit de sillonner les routes de 115 communes, dont celles de l'agglomération de Roanne, pour faire de la distribution alimentaire. "Nous allons au-devant des personnes en situation de précarité", nous dit M. Thomas. Pour ce faire, l'Etat lui attribue 63.000 euros dont 48.000 pour l'aquisition d'un camion aménagé.

La Croix-Rouge vient actuellement en aide à 167 familles dans ce bassin de 108.000 habitants. Avec ce projet, ce sont près de 400 familles qui viendraient retirer leurs colis alimentaires. L'apparition de ces nécessiteux est "lié à la méconnaissance par les autorités locales des problèmes sur leurs communes" selon Claude Thomas. Et quand nous lui demandons s'il voit les effets de la crise sanitaire, il nous répond "pas pour le moment, mais bientôt oui."

"Certains n'ont pas de bagnoles, ils restent dans leur cambrousse"

Dans cet appel à projets, l'Etat a souhaité également permettre l'accès aux droits. Cela passe par l'accès au numérique. En Ardèche, l'association Mot à mot, avec la Communauté de Communes d'Aubenas, lancera le projet "Premiers pas vers la solidarité point com". Il prévoit l'aquisition d'une dizaine d'ordinateurs qu'Eric Zamora amènera de villages en villages. "Il y aura deux entrées: une pour les jeunes pour les aider à faire des CV par exemple, et une pour les aînés, pour les aider dans les démarches administratives dématérialisées" nous explique l'unique salarié de l'association Mot à mot.

"Il faut lutter contre la fracture numérique, c'est ça, c'est le terme à la mode. Ici, des gens n'ont pas de bagnoles, pas de moyen de transport, ils restent dans leur cambrousse" nous dit encore Eric Zamora. Le projet est prévu avec un budget "d'un peu moins de 50.000 euros sur deux ans".

6,18 millions d'euros de subventions

"Lutte contre la précarité alimentaire et accès aux biens essentiels", "accès aux droits", "soutien aux familles", pour soutenir ces idées, le préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes a une enveloppe de 6,18 millions d'euros. Les conventions de subventions seront signées au mois de mai.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.