Déconfinement : les acteurs du tourisme d'Auvergne soulagés par le plan de relance

Publié le Mis à jour le
Écrit par Alexandre Rozga .

Les acteurs du tourisme en Auvergne ont accueilli avec "soulagement" et "quelques regrets", le plan de relance présenté jeudi 14 mai par le Premier Ministre Edouard Philippe. Les professionnels se réjouissent que les Français puissent enfin planifier leurs vacances de juillet-août.

"Le tourisme a fait face à la pire épreuve de son histoire moderne" a souligné en préambule le Premier ministre pour mesurer l'ampleur de la crise qui a durement ébranlé, "ce fleuron de l'économie française". Le plan de relance annoncé jeudi 14 mai par Edouard Philippe se devait d'être à la hauteur du défi. Une ambition chiffrée à 18 milliards d'euros, dont 1,3 milliards d'aide à l'investissement sous la forme de prêts garantis par l'Etat. Mais c'est surtout, une autre annonce, essentielle pour la relance de l'activité qui a retenu l'attention : " les Français pourront partir en vacances en France en juillet-août".

Le tourisme remis sur les rails 

"De savoir déjà que les Français vont pouvoir planifier leurs vacances librement, se déplacer librement sur le territoire national que ce soit en métropole ou outre-mer, c'est essentiel" se réjouit Lionel Flasseur, le directeur général d'Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme.  "C'est encore tôt, mais on commence à voir l'inversion des courbes entre le taux de déréservations et réservations et je pense qu'avec les annonces, ce phénomène devrait s'accentuer" se félicite Lionel Flasseur. 

"C'est un très bon plan" ajoute-t- il. "On voit véritablement que le secteur du tourisme est un secteur stratégique.Cela se mesure dans l'étendue des dispositions prises". Sur les mesures d'accompagnement, le Comité du Tourisme Régional estime qu'elles répondent aux attentes. "Les mesures économiques appliquées pendant la crise sont prolongées, c'était primordial pour la survie des opérateurs et notamment des plus fragiles". Les professionnels ont désormais plus de visibilité. Les cafés et restaurants devraient rouvrir à partir du 2 juin dans les départements classés en vert a précisé le Premier Ministre. Il faudra attendre la confirmation le 25 mai, après avis du conseil scientifique. Tout dépendra de l'évolution de l'épidémie et sous réserve du respect des mesures sanitaires. "Pour nous, c'est essentiel , la restauration, c'est 50% de l'emploi touristique de notre Région" précise le directeur général de l'association chargée de la promotion du tourisme et des actions de soutien et de formation aux professionnels.

"Des aides directes, plutôt que des prêts ! "

Du côté de l'UMIH ( union des métiers et des industries de l'hôtellerie), le syndicat, le plus représentatif des cafés, hôtels et restaurants, on se félicite dans l'ensemble du plan "historique" annoncé par le Gouvernement, mais non sans quelques réserves. "Ok ! on est en zone verte, on va pouvoir ouvrir le 2 juin, mais le protocole sanitaire ? On a aucune information " s'inquiète Thierry Perbet traiteur à Aurillac (Cantal) et Président de l'UMIH 15. Si l'annonce de la possibilité pour les Français de partir en vacances en juillet-août a soulagé les professionnels du tourisme, en revanche, le maintien de la limite de déplacement de 100 km pendant le mois de juin, n'est pas passée inaperçue. "Je prends l'exemple du Cantal , à Aurillac à 100 km à la ronde, nous n'avons aucune métropole. Nous sommes sanctionnés en territoire rural" déplore Thierry Perbet,  qui siège au bureau national UMIH-restauration. "Un moyen d'accompagnement direct de nos entreprises de restauration, ce serait une baisse de la tva comme l'a fait l'Allemagne". avance t-il, préférant "les aides directes plutôt que des prêts". Le plan du gouvernement prévoit 1,3 milliards d'investissement sous la forme d'accès à des prêts garantis par l'Etat." Les prêts, il va falloir les rembourser même s'ils sont à taux zéro, il faudra les rembourser, toutes nos entreprises ne sont pas dans la capacité de rembourser des prêts " souligne le traiteur. Les restaurateurs pourront aussi compter, pour relancer leur activité, avec le doublement du plafond d'utilisation des tickets-restaurants qui passe de 19 à 38 euros. Des tickets désormais acceptés le week-end. 

Les campings attendent une date de reprise 

Comme les restaurateurs, les gérants de campings attendaient avec impatience l'annonce d'une date de réouverture. Ils ont été déçus. La Fédération de l'hôtellerie de plein air, qui regroupe près d'une centaine de campings dans les 4 départements d'Auvergne, accueille certes "favorablement les mesures soutenant l'investissement ou le chômage partiel. Mais avec une petite déception", tempère son Président. Le gérant du Camping 4 étoiles de la Ribeyre à Murol (Puy-de-Dôme) aurait aimé "anticiper la mise en place du protocole sanitaire dont la présentation est prévue dans la semaine du 25 mai". Malgré les incertitudes sur la date de réouverture des frontières et alors que 20% de la clientèle des campings en Auvergne est étrangère, les campings restent optimistes: " On aura une clientèle qui viendra nous voir cet été, une clientèle qui ne recherchera pas un tourisme de masse sur le bord de mer, mais sera plus attirée par les grandes espaces" affirme confiant C.Pommier. En Auvergne-Rhône-Alpes, deuxième région touristique de France, le tourisme pèse 8% du PIB régional et 13% des emplois salariés. En Auvergne, ce sont 19 000 emplois qui dépendent de cette activité. Pendant la confinement, la perte de chiffre d'affaires a été évaluée à 2 milliards d'euros pour la Région et à 234, 5 millions d'euros pour les 4 départements d'Auvergne, selon les chiffres du Comité du Tourisme Régional.



 
les mesures du plan de relance du tourisme


-la prolongation du chômage partiel jusqu'à septembre 2020 et si besoin au delà 

-la prolongation des mesures du Fonds de solidarité jusqu'à la fin 2020, élargi aux entreprises qui ont jusqu'à 20 salariés et 2 millions d'euros de chiffre d'affaires

-les échéances des prêts pourront être reportées par les banques jusqu'à 12 mois au lieu de 6 actuellement

-les cotisations patronales de mars à juin sont annulées

- un prêt garanti Etat saison est mis en place d'un montant pouvant représenter le chiffre d'affaire des 3 meilleurs mois de l'année

-un crédit de cotisation de 2 milliards d'euros va être mis en place

-BPI France va consacrer une enveloppe de 1 milliard d'euros au tourisme au lieu de 250 millions actuellement
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité