DOCUMENTAIRE. « L’espion de Mao » l’affaire Boursicot ou les tribulations d’un breton en Chine

En pleine guerre froide, un Français en poste en Chine tombe amoureux d’une star de l’opéra de Pékin. Passion, manipulation, trahison : tout y est pour un film d’espionnage. Sauf que ce n’est pas une fiction. « L’espion de Mao » de Didier Boussard revient sur cette incroyable histoire.

 Bernard Boursicot comptable français à la solde de la Chine, ici au Palais d’Eté à Pékin.
Bernard Boursicot comptable français à la solde de la Chine, ici au Palais d’Eté à Pékin. © Doc En Stock - France Télévisions

« L’espion de Mao » de Didier Boussard est l’histoire d’une passion. Celle d’un homme, Bernard Boursicot et de Shi Peipu. L’action se situe en pleine guerre froide, dans les années 60-70. Le jeune Boursicot représente la France en Chine et en Mongolie. Il est fonctionnaire à l’ambassade de France et amateur d’opéra.

Tellement amateur qu’il s’intéresse de près, voire de très près à une grande voix de l’opéra de Pékin. Celle de Shi Peipu dont il va tomber follement amoureux. Une passion dévorante qui  l’amenera à trahir la France. Bernard Boursicot va, en même temps que son histoire d’amour, travailler pour les services secrets chinois.

Shi Peipu, chanteur d’opéra spécialiste des rôles féminins.
Shi Peipu, chanteur d’opéra spécialiste des rôles féminins. © Doc En Stock - France Télévisions

La chanteuse de l’opéra de Pékin lui donne un fils. Mais la chanteuse était un homme…

Bernard Boursicot rencontre Shi Peipu en 1964  lors d’une réception à l’ambassade de France. Il a 20 ans et l’artiste, virtuose de la langue française, en a 26. Shi Peipu lui fait croire qu’il est une femme. Ils entament une liaison puis Boursicot est nommé au Moyen Orient. Après trois ans d’absence il revient en Chine car on lui  assure qu’il est désormais père d’un petit garçon Shi Dudu. C’est pour protéger cette famille qu’il va alors accepter d’espionner pour le compte des services secrets chinois, le Qingbao de 1967 à 1972.

Dix ans plus tard, après plusieurs mutations à travers le monde, le couple s’installe à Paris où il sera arrêté en 1984.

Bernard Boursicot et Shi Peipu  pendant leur procès en France en 1987.
Bernard Boursicot et Shi Peipu pendant leur procès en France en 1987. © Philippe Bouchon / AFP

Lors de son procès Boursicot expliquera qu’il a trahi non pas par idéologie mais uniquement par amour. Et trente ans après c’est toujours sa ligne de défense.

Qui est Boursicot ? Un vrai-faux naïf ? Un manipulateur ? Un menteur ? Un très grand espion ?

Et qui était Shi Peipu ? Le talentueux chanteur d’opéra cachait-il un redoutable officier du renseignement ? Quel a été le rôle du patron des services secrets chinois ? Comment la France a-t-elle pu se montrer aveugle si longtemps ? Quelles informations ont été transmises par l’espion Boursicot ? Et d’où venait cet enfant métis ? Autant de questions qui font le sujet du documentaire de Didier Boussard.

La cour d’Assises a condamné le couple à six ans de prison. Depuis, l’histoire des amants de Pékin a fait le tour du monde avec le film « M Butterfly » de David Cronenberg. Shi Peipu est décédé en 2009 et Bernard Boursicot est retourné vivre dans sa Bretagne natale.

" L’espion de Mao ", un film réalisé par Didier Broussard (Doc En Stock - francetélévisions), diffusé le lundi 2 mars 2021 à 22H50 dans la case documentaire "La France en vrai" sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes et en replay ci-dessous jusqu'au 1er avril 2021.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
la france en vrai documentaires culture