Les "Domaines skiables de France" veulent des vacances scolaires plus tôt au printemps

Les professionnels du ski, réunis en congrès ce jeudi 7 novembre, à Strasbourg, ont demandé au gouvernement de modifier ses propositions de calendrier scolaire pour la période 2014-2017, car les vacances de printemps y sont, selon eux, trop tardives.

© AFP
Dans une motion adoptée à l'unanimité, ces professionnels, regroupés au sein de l'organisation Domaines skiables de France (DSF), ont fait part de leur "profond ressentiment" face aux projets de calendrier actuellement à l'étude au sein du ministère.

Le président du Medef, Pierre Gattaz, est venu en personne leur apporter son soutien. "Le problème numéro un en France c'est le chômage (...) Toute mesure doit être prise à l'aune de la création d'emploi", a dit le patron des patrons pour défendre une "filière très dynamique", mais qui craint de perdre quelque 1.500 emplois de saisonniers.

"Nous espérions que le nouveau calendrier scolaire tienne compte de l'impact du précédent. Malheureusement il reproduit les mêmes erreurs", a estimé le président de "Domaines Skiables de France", Pierre Lestas. Son organisation, qui représente quelque 230 professionnels de la glisse, déplore que, depuis la saison 2010-2011, les élèves travaillent plus longtemps entre Noël et les vacances d'hiver, ce qui décale d'autant les vacances de printemps. Ces dernières sont désormais placées "de mi-avril à mi-mai", soit "en dehors de la saison touristique." En raison de ces décalages, "la fréquentation des stations de montagne durant les vacances de printemps a chuté de 70% en trois ans", précise la motion adoptée jeudi.

La filière ski emploie en France quelque 120.000 saisonniers. En 2013, elle a réalisé un chiffre d'affaires de 1,4 milliard d'euros.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter