Don du sang : le stock de poches “est un peu bas”

(Photo d'illustration) / © Jean-Pierre BALFIN / PHOTOPQR
(Photo d'illustration) / © Jean-Pierre BALFIN / PHOTOPQR

En période hivernale, les dons de sang sont généralement plus faibles qu'à l'ordinaire en raison princiaplement des maladies et des vacances. Cette année, la perturbation des transports a également eu un effet sur les provision de poches de sang qui sont à ce jour un peu basses. 

Par France 3 Alpes

"Le stock de produits sanguins au niveau national est à ce jour à 100 000 poches, ce qui est quand même un peu bas en voyant arriver la semaine prochaine avec un jour férié", déclarait le Docteur Christelle Morand, responsable de l'Etablissement français du sang de Grenoble, au journal télévisé de France 3 Alpes ce jeudi 26 décembre. Elle rassure tout de même les téléspectateurs : "Les hôpitaux ne manquent pas de sang.

Elle lance à ce titre un appel aux dons et vise en priorité "les donneurs de sang total [avec tous ses constituants, ndlr]". Elle rappelle que les besoins sont quotidiens (10 000 dons sont nécessaires chaque jour en France) et corrige une idée reçue : "Ce ne sont pas les accidents qui consomment le plus".

En effet, ceux qui ont le plus besoin de ces dons sont les patients atteints de maladies telles que les maladies chroniques, les cancers, les maladies du sang ou les déficits immunitaires. Certains d'entre eux nécessitent des transfusions toutes les semaines toute leur vie. 
 

Période hivernale


En période hivernale, les dons de sang sont généralement plus faibles qu'à l'ordinaire en raison principalement des maladies et des virus - grippe, gastro-entérite, etc. - et des vacances. Mais cette année, la grève a eu un effet supplémentaire sur l'approvisionnement en sang. 

"Les mouvements sociaux qui ont perturbé les transports, notamment en Ile-de-France, région qui a été très impactée", explique le docteur Morand. Les autres régions ont donc participé à l'approvisionnement de la région parisienne pour pallier au manque, appauvrissant leurs propres stocks. En effet, les collectes sont mutualisées au niveau national.
 
 
Car une personne qui donne son sang à Grenoble ne le donne pas nécessairement pour un hôpital Grenoblois. "C'est une solidarité au niveau du territoire français. La générosité des donneurs fait qu'ils donnent sans jamais savoir qui va recevoir le sang et qui sera sauvé." 

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site du don du sang. Vous y trouverez la collecte la plus proche de chez vous. Il est également possible de téléphoner et "il y aura toujours quelqu'un pour répondre" d'après Christelle Morand. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus