REPLAY Documentaire : "Et je choisis de vivre" ou comment surmonter la mort d'un enfant

Amande a perdu son fils Gaspar. Il n'avait pas un an. Pour faire face à cette immense douleur, Amande, part en pèlerinage dans la montagne drômoise. C'est là qu'avec son ami, le réalisateur Nans Thomassey, elle va rencontrer d’autres mères endeuillées…Le film « Et je choisis de vivre » est une bouleversante leçon de vie. A voir ou à revoir dans "La France en Vrai" sur france3 Auvergne-Rhône-Alpes.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le cœur de Gaspar battait lentement. Trop lentement… Il est mort la veille de son premier anniversaire. Pour se reconstruire, Amande et son ami d'enfance, le réalisateur Nans Thomassey partent marcher en automne dans les montagnes drômoises.

Se raccrochant à l'idée que d'autres ont survécu à la perte d'un enfant, Amande veut les rencontrer. En pleine nature et faire de chaque rencontre un pas vers l'apaisement.

Et c'est peut-être parce que le deuil est l'une des expériences de vie la plus partagée au monde, qu'Amande veut entendre le récit d'autres mères. Auprès d'elles, elle  reçoit de l'écoute, du réconfort et surtout découvre comment ces femmes ont réussi à surmonter la perte d'un enfant.

Tant qu'on se demande pourquoi?.. On ne peut pas s'en sortir

Au fil des échanges, Amande parle de son chagrin, de ce sentiment de culpabilité, de cette douleur.

Cette douleur qu'elle a peur de laisser partir de peur d'oublier Gaspar. " Tant qu'on s'interroge, tant qu'on se demande pourquoi, on ne peut pas s'en sortir. Et oui ça vaut le coup de vivre ! Et oui ça vaut le coup d'accepter ! Accepter n'est pas oublier" dit Mamie Nadette qui a perdu un fils il y a 50 ans.

Au fil des jours et des kilomètres, Amande s'ouvre, s'apaise, offre de petits cadeaux à ces mères rencontrées. Des petits cadeaux faits avec ses mains et son cœur. Elle ose petit à petit sortir de la culpabilité. Elle s'autorise à nouveau à sourire et à rire. "Le manque qui est là constamment n'est pas signe que le deuil n'est pas fait, expression qui ne veut rien dire, explique le psychiatre Christophe Fauré. C'est simplement le constat du réel, le constat du fait que la personne que j'aime n'est plus dans ce monde"

Après plus d'une semaine de marche et de rencontres, Amande retrouve famille et amis pour une fête en l'honneur de Gaspar. Un moment de partage tout en douceur lors duquel un ballon sera lâché dans le ciel. Un ballon avec un panier plein de messages pour le petit garçon.

Comme toutes les mères croisées dans le film, Amande a décidé de transformer cette épreuve. Elle est à l'origine de ce film. Puis après formation, elle accompagne  désormais les personnes en deuil. Elle anime des conférences et une plateforme "Mieux traverser le deuil" a été créée.

Et la vie a repointé le bout de son nez. Merlin et Cléo sont nés chez Guillaume et Amande. Avec, Gaspar ils sont désormais une famille de cinq...


>> "ET JE CHOISIS DE VIVRE", un film de Nans Thomassey et Damien Boyer, sur une idée de Amande Marty. (production Orawa/Zewatchers/FTV), jeudi 6 octobre à 22H50 sur france3 AURA  .

Revoir le documentaire en intégralité