Cet article date de plus de 3 ans

Séisme/Tsunami en Indonésie : retour à la case départ pour l'AAIP, association humanitaire de la Drôme

Après le séisme et le tsunami qui ont frappé les Célèbes, l'Indonésie a refusé l'aide d'une association humanitaire drômoise. Arrivés vendredi, les membres de Aides Actions Internationales Pompiers (AAIP) viennent de quitter Jakarta avec les médicaments et le matériel destinés à l'aide aux victimes.
En Indonésie, la catastrophe qui a frappé les Célèbes a fait près de 2 000 morts. A ce jour, 5 000 personnes sont portées disparues selon les autorités locales. Le pays a accepté la semaine dernière l'aide humanitaire internationale. Plusieurs associations françaises se sont engagées pour aider les sinistrés. Parmi elles, l'association drômoise "Aides Actions Internationales Pompiers" (AAIP) a constitué une équipe pour se rendre sur la zone frappée par le séisme et le tsunami.
 

L'association drômoise AAIP refoulée par les autorités indonésiennes...


Cette mission a quitté la France le 4 octobre. L'équipe de AAIP, association basée dans la Drôme, se compose d’un médecin, de deux infirmières. Ils ont rejoint quatre pompiers secouristes de la région de Caen. L'équipe de sept personnes a emporté dans ses bagages 150 kg de médicaments grâce à l'aide de l'association Tulipe, du matériel médical et des stations de traitement de l'eau. Présents sur place dès le vendredi 5 octobre, les membres de cette mission n'ont pas été autorisés à gagner la zone sinistrée. Toute intervention sur le secteur dévasté par le séisme et le tsunami leur a été refusée. 

Aujourd'hui, plusieurs ONG ont dénoncé ces restrictions d'accès imposées par les autorités indonésiennes aux équipes étrangères de sauveteurs. Elles sont interdites d'intervenir directement en soutien aux populations sinistrées des Célèbes. L'agence indonésienne de gestion des catastrophes (BNPB) a fait savoir que les ONG étrangères ne sont pas autorisées à aller directement sur le terrain et que toutes les actions doivent être conduites avec des partenaires locaux. Or, l'association drômoise n'a pas lié de partenariat avec une ONG locale, condition pour pouvoir intervenir. Une condition sine qua non valable pour l'ensemble des missions humanitaires. 


... les médicaments refusés : la mission humanitaire drômoise rentre en France.


L'équipe humanitaire drômoise AAIP a finalement pris la direction du retour. Elle a quitté Jakarta ce mardi 9 octobre. Tous seront de retour à Paris mercredi 10 octobre, au petit matin. L'équipe est repartie avec les 150 kg de médicaments et les unités de dépollution de l'eau... Les autorités locales ont refusé catégoriquement le don des médicaments acheminés par la mission drômoise. Les médicaments devaient être validés par une commission spéciale, a indiqué Pierre Fouillant, médecin généraliste à Guilherand-Granges et médecin de la mission. Cette commission doit avoir "l'aval des autorités religieuses musulmanes" et s'assurer du "caractère halal" des médicaments. Du jamais vu d'après le médecin, habitué des missions humanitaires d'urgence. En revanche, le matériel "non médicamenteux" a pu être laissé sur place, précise-t-il. Le matériel de dépollution d'eau n'a pas pu rester sur place pour des raisons logistiques : il ne peut être manipulé que par un spécialiste. 

 
durée de la vidéo: 05 min 44
La mission de l'association drômoise AAIP bloquée ©France 3 RA
durée de la vidéo: 00 min 52
Le retour de la mission et du matériel ©France 3 RA
durée de la vidéo: 01 min 04
La déception et l'incompréhension de la mission humanitaire... ©France 3 RA


Le reportage complet 

durée de la vidéo: 01 min 41
Séisme/Tsunami en Indonésie : retour à la case départ pour l'AAIP ©France 3 RA


L'intervention de Claude Lett, Président de "Aides Actions Internationales Pompiers" (AAIP), dans l'édition 19/20 Rhône-Alpes.
durée de la vidéo: 02 min 32
Claude Lett, Président de "Aides Actions Internationales Pompiers" ©France 3 RA

 
Une situation dramatique
En Indonésie, les autorités craignent que 5.000 personnes soient disparues, prisonnières des décombres à Palu, ville de 350.000 habitants sur la côte ouest des Célèbes dévastée par le séisme de magnitude 7,5 et le tsunami qui a suivi. Plus de 70.000 personnes ont été déplacées et au moins 1.948 personnes ont été tuées. Quelque 200.000 personnes ont désespérément besoin de nourriture, d'eau et d'autres fournitures de première nécessité.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
international humanitaire monde séisme religion société