Deux rapaces abattus dans la Drôme : un éleveur condamné à quatre mois de prison avec sursis

Le tribunal de Valence a condamné ce 7 décembre un éleveur drômois à quatre mois d’emprisonnement avec sursis et plus de 30 000€ de réparation des préjudices des associations environnementales. Il avait criblé de balles un Gypaète barbu et un vautour moine le 31 décembre 2022.

Deux mois après sa comparution devant le tribunal de Valence en octobre dernier, un éleveur drômois, accusé d'avoir abattu deux vautours protégés, a été condamné. Il écope d'une peine de quatre mois de prison avec sursis, une privation de son droit de chasse pour deux ans, ainsi qu'une amende de plus de 30 000 euros.

Sanction exemplaire

L'éleveur a été condamné ce 7 décembre pour destruction illicite d'une espèce protégée. Dans ce dossier, une dizaine d'associations de protection de l'environnement et des oiseaux se sont portées partie civile.

Les associations environnementales attendaient une sanction exemplaire, le procureur avait requis une peine de six mois d'emprisonnement avec sursis. La destruction illicite d'espèces protégées est passible de trois ans de prison et 150 000€ d’amende ainsi que de la confiscation des armes et du retrait du permis de chasse.

"Il n’est plus tolérable aujourd’hui de se cacher derrière les vieux mythes de vautours prédateurs, tueurs de brebis, comme le fait cet éleveur qui, heureusement, n’est pas représentatif de la profession.", affirme l'association France Nature Environnement d'Auvergne Rhône Alpes et son antenne drômoise.

L'association de défense se félicite

Dans un communiqué, l'association s'est félicitée de cette condamnation qui vient "rappeler la nécessaire et bénéfique cohabitation entre l’Homme et les vautours, et assène un message clair : pas d’impunité pour les délinquants qui détruisent des espèces protégées".

Le Gypaète barbu et le Vautour moine sont deux espèces protégées, car en voie d'extinction. Le 3 janvier 2023, deux cadavres de rapaces nécrophages avaient été découverts criblés de plomb entre les communes de Villeperdrix et Gumiane, dans le sud de la Drôme. L'éleveur a expliqué durant l'enquête, menée par les services de police de l’Office Français de la Biodiversité (OFB), avoir craint pour son troupeau de brebis. Le 31 décembre 2022, il avait tué un vautour moine et un gypaète barbu.