Drôme/Ardèche : après la tempête de neige de novembre 2019, Enedis reconstruit 650 km de lignes électriques

Pour permettre au réseau électrique de Drôme et d’Ardèche de supporter d'éventuels futurs aléas climatiques, Enedis lance son projet « Reconstruction Neige 2019 » pour les quatre années à venir. Un projet d’envergure de 65 millions d’euros. Le chantier démarre le mois prochain. 

Des agents Enedis en cours d'intervention suite à la tempête de novembre 2019
Des agents Enedis en cours d'intervention suite à la tempête de novembre 2019 © Enedis
Une telle tempête de neige n’aurait jamais dû avoir lieu en plaine comme ce fut le cas en novembre 2019 dans la Drôme et l’Ardèche. Enedis prévoit la reconstruction de 650 km de lignes électriques selon le modèle qui prévaut en zones de montagne. 

Une tempête historique 

Dans la nuit du 14 au 15 novembre 2019, une tempête de neige s’abattait sur les quatre départements de la région : la Loire, l’Ardèche, la Drôme et l’Isère. Une neige collante et lourde qui a fait craquer sous son poids nombres de poteaux et pylônes transportant l’électricité. A certains endroits, jusqu’à 8 kg de neige par mètre linéaire de câble ont été repérés. Jeanine Doppel, directrice territoriale Drôme/Ardèche chez Enedis, nous confie :

Cette tempête de novembre 2019, on la compare à celle de 1999. On a connu une profondeur de crise aussi importante que celle de 1999 qui était nationale mais là c’était principalement sur la Drôme et l’Ardèche.

Les conséquences sont impressionnantes: 330 000 foyers furent privés d’électricité dont 143 000 foyers en Drôme-Ardèche parfois dans des hameaux très reculés. Plus de 300 lignes électriques moyenne tension de 20 000 volts sont touchées sur plusieurs centaines de kilomètres.
 
Un pylône en béton cassé par la tempête de 2019
Un pylône en béton cassé par la tempête de 2019 © Enedis

Il a fallu dans un premier temps réparer le réseau en urgence avec l’aide de la FIRE, la Force d’Intervention Rapide Electricité qui permet de mobiliser 2500 techniciens volontaires Enedis venus de toute la France. Cette force d’intervention rapide est née en 2001 suite à la tempête de 1999 comme améliorations à apporter en période de gestion de crise. Dans un second temps, Enedis a procédé à une consolidation du réseau pour qu’il retrouve ses capacités d’avant la tempête.

Un diagnostic précis du réseau a finalement été effectué, par hélicoptère, drone ou simplement à pied. Il s’est terminé en mars 2020. Il en conclut que le réseau a été très abîmé. La consolidation opérée et qui se termine prochainement ne suffira pas à sécuriser le réseau à long terme. 

A chaque crise, on apprend. Là, on s’est dit qu’il fallait réduire les risques de nouveaux aléas climatiques. Avec ce projet de reconstruction des lignes, on repense le réseau avec des modèles plus résistants pour faire face à des aléas climatiques plus violents et plus rapprochés les uns des autres.

Jeanine Doppel


Un chantier d’envergure 

Il va démarrer en janvier 2021 par le nord de la Drôme. Ce sont 80% des futures lignes électriques qui vont remplacer les existantes seront enfouies sous terre. Les 20% restant resteront aériennes car elles correspondent à des zones inondables ou trop rocheuses. Une équipe spécifique sera dédiée au chantier. Il s’étalonnera sur une courte période, selon Enedis. Mais tout de même quatre année de travaux, au total, pour changer 650 kilomètres de lignes électriques. 

Le réseau sera maillé différemment, il sera optimisé pour faire en sorte de retrouver plus facilement l’électricité en cas de panne. Avec la combinaison de matériaux plus résistants, la résilience des réseaux électriques devrait s’en trouver améliorée.

Une meilleure communication 

Si la plupart des foyers ont retrouvé l’électricité rapidement en novembre 2019, dans les quarante-huit heures suivant la tempête, on se souvient que certains durent attendre plus de 10 jours avant de retrouver le courant. 2% des foyers furent ainsi pénalisés entraînant de graves conséquences pour certains. Et alors que les agents Enedis étaient à pied d’oeuvre pour réparer le réseau, l’incompréhension et la colère animaient certains habitants des secteurs sinistrés. 
 

On a été débordé par la profondeur de la crise et en termes de communication, on avait pas les moyens d’y faire face. Nous aussi, on était un peu trop seul. Mais cette souffrance chez les sinistrés, coupés du monde pendant plus de huit jours, on l’a entendue et on s’est promis de mieux communiquer lors de crises majeures comme celle-ci. C’est pourquoi on garde les liens, on fait des réunions publiques pour communiquer auprès des habitants sur le chantier à venir.

Jeanine Doppel


Au cours du futur chantier, des coupures d’électricité seront de nouveau possible, le temps de l’opération de changement de ligne. Selon la direction de l’entreprise, ces coupures seront communiquées en amont par des réunions ou des opérations de communication. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aménagement du territoire environnement intempéries météo énergie