Economie : les entreprises auvergnates se préparent au Brexit

Les produits auvergnats devront désormais transiter par la douane à Calais avant de rejoindre le Royaume-Uni. Photo d'illustration. / © Denis Charlet / AFP
Les produits auvergnats devront désormais transiter par la douane à Calais avant de rejoindre le Royaume-Uni. Photo d'illustration. / © Denis Charlet / AFP

La Direction Régionale des Douanes organisait le14 octobre une réunion avec les entreprises auvergnates à Clermont-Ferrand. Le Brexit approchant et avec lui la possibilité d'un "no deal", ces dernières doivent se préparer à des changements concernant les flux de marchandises avec le Royaume-Uni.

Par Solenne Barlot

L'enjeu est de taille pour les 560 entreprises auvergnates qui commercent avec le Royaume-Uni. Au 31 octobre, le pays sortira de l'Union Européenne, avec ou sans accords de libre-échange. Dans ce dernier cas, contrôles et taxes douanières seront rétablis pour les importations et exportations britanniques. Les firmes concernées peuvent déjà se préparer grâce à la cellule de conseil mise en place par la Direction Régionale des Douanes de Clermont-Ferrand. 

"Le rétablissement des frontières signifie un rétablissement des contraintes pour les entreprises", explique Nicolas Le Gall, directeur régional des douanes. Au total, les transactions entre Auvergne et Royaume-Uni représentent 1 milliard d'euros, avec une balance commerciale excédentaire à hauteur de 275 millions d'euros en faveur de l'Auvergne. Les Britanniques sont les second clients des Auvergnats à l'exportation. Assurer la transition pour rentrer au mieux dans l'après-Brexit est donc une priorité pour les entreprises. 

Frontière intelligente

La réunion était aussi l'occasion pour Nicolas Le Gall de présenter programme "Frontière Intelligente" à la quarantaine d'entreprises inscrites. Elle permet d'anticiper les formalités douanières avant le départ des marchandises, afin d'éviter l'engorgement. Des taxes et des droits de douanes sont évidemment à prévoir dans toutes les filières concernées par les imports-exports vers la Grande-Bretagne, notamment l'industrie chimique, pharmaceutique et cosmétique.

Les douanes d'Auvergne préconisent aux entreprises de s'immatriculer auprès de la douane via l'application Soprano pour obtenir un numéro EORI (Economic Operator Registration and Identification), obligatoire pour importer et exporter des marchandises. Elles recommandent également de protéger leur marque et tout ce qui relève de la propriété intellectuelle auprès de l'IPO (Intellectual Property Office) car la protection communautaire ne sera peut-être bientôt plus valable au Royaume-Uni. Rendez-vous le 31 octobre pour connaître les dispositions à prendre.
 

Sur le même sujet

Les + Lus