En Auvergne-Rhône-Alpes, la douane a saisi 85.000 contrefaçons depuis le début de l'année 2021

Masques, médicaments, vêtements ou timbres, les contrefaçons concernent beaucoup de secteurs économiques. Chaque jour, les douaniers réalisent au moins trois saisies dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. 

"Aucun secteur d'activité économique n'est épargné" selon les douanes d'Auvergne-Rhône-Alpes. Depuis le début de l'année, les agents de contrôle des frontières ont saisi 85.000 articles.

Les masques font leur entrée dans le marché de la contrefaçon

Les objets les plus contrefaits restent les vêtements (532 contrefaçons d'une marque connue pour les enfants ont été saisi le 10 janvier à Romans-sur-Isère), les chaussures (10.368 paires saisies à Montmélian le 17 mai et 10.648 autres paires deux jours plus tard), les téléphones mobiles et autres appareils électroniques.

Seulement, la santé du consommateur peut être menacée par certaines contrefaçons. Ainsi, des masques de protection ont été saisis, mais aussi des médicaments (1.059 comprimés contrefaisant un laboratoire pharmaceutique saisis le 5 mai près de la frontière suisse), des produits corporels et des jeux et jouets dont certaines pièces peuvent être ingérées par les enfants. Les douanes rappellent donc qu' «outre l'atteinte à la réputation des entreprises, à leurs efforts en matière d'innovation et de recherche, et son impact sur l'économie nationale, la contrefaçon représente un danger pour la santé et la sécurité des consommateurs."

La valeur des prises estimées à 28,8 millions d'euros en 2020

En Auvergne-Rhône-Alpes, 1200 saisies ont été effectuées en 2020. La valeur de ces prises est estimée à 28,8 millions d'euros, "privant les réseaux criminels et l'économie souterraine de cet apport financier" se félicite la douane d'Auvergne-Rhône-Alpes.

En terme de nombre d'articles, les douanes en ont saisi 445.274 en 2020. Difficilement comparables avec les "seuls" 85.000 articles des six premiers mois de 2021. "Il faut compter en terme de constatations journalières, nous dit-on aux douanes. Nous sommes réguliers avec trois saisies par jour. Une seule saisie de pochons peut faire gonfler ce chiffre". À titre d'exemple, une constatation à Montmélian le 18 mai a permis de saisir 12.100 pochons contrefaisants plusieurs marques, connus pour servir à la vente de stupéfiants.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
douanes société économie frontaliers international banditisme faits divers criminalité