Football: Metz-Lyon arrêté définitivement après des jets de pétards sur Anthony Lopes

© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Le match entre Metz et l'Olympique Lyonnais samedi 3 décembre a été arrêté après plus de 45 minutes d'interruption suite à des jets de projectiles, notamment des pétards, sur le gardien Anthony Lopes, alors que les Messins venaient d'ouvrir le score.

Par Cyrielle Cabot avec AFP

C'est une image dont le foot se passerait bien : des jets de pétard sur le gardien de Lyon Anthony Lopes, déjà à terre, ont provoqué l'arrêt définitif d'un match de L1 à Metz samedi 3 décembre 2016.

La Ligue de football professionnelle promet d'être "intransigeante". Metz pourrait perdre le match par pénalité.

Que s'est-il passé?


Les incidents se sont produits alors que Metz venait d'ouvrir le score à la 29e minute par Gauthier Hein. Sur les premières images de beIN Sport, Anthony Lopes, gardien remplaçant de l'équipe du Portugal championne d'Europe, est déjà à terre, visé par un premier pétard.

Un deuxième explose tout près de lui, provoquant la colère des joueurs de Metz et de Lyon envers les ultras messins auteurs des jets. Le médecin de Lyon a lui aussi été touché par des jets pétards.


L'arbitre Lionel Jaffredo a alors pris le ballon en mains et ramené les équipes au vestiaire pour tenter de calmer les esprits. C'était la demi-heure de jeu.

Mais au bout de 45 minutes, les joueurs ne sont pas revenus et le speaker a annoncé: "Match annulé, le stade va être évacué tribune par tribune".

Une bronca monumentale s'est alors élevée dans le stade de Metz, en direction des ultras messins du groupe Horda Frenetik d'où ont été lancés les pétards.

Que risque Metz?


Le FC Metz risque des sanctions devant la commission de discipline de la LFP, notamment de perdre le match sur tapis par pénalité. La LFP "regrette ces incidents et sera intransigeante dans la suite qui sera donnée à ce dossier", a-t-elle fait savoir dans un communiqué.

"Faire en sorte qu'un joueur de cette valeur, champion d'Europe en titre soit blessé en cours d'un match, c'est du jamais vu. Il faut que la Ligue et la Fédération réagissent très fortement", a réclamé le président de Lyon Jean-Michel Aulas sur beIN Sport.

"On est dans une situation que personnellement je n'ai jamais connu, a poursuivi JMA. La sécurité doit être assurée par le club qui reçoit. On a vu qu'il y avait des choses inadmissibles et que l'on ne pensait pas voir sur un terrain".

Un peu plus tôt, le président du club messin Bernard Serin avait annoncé que les auteurs des jets de pétards avaient été identifiés et allaient être interpellés.

Comment va Anthony Lopes?


Sonné, le gardien de 26 ans est parti assis dans un camion de pompiers, pour passer des examens de contrôle à l'hôpital.

"Au pire, le tympan peut être touché, a indiqué Aulas sur beIN Sport. Il a des pertes d'équilibre et il ne situe plus bien où il est. C'est la raison pour laquelle on l'a évacué à l'hôpital de Metz. Le groupe va l'attendre en espérant qu'il n'y aura rien de grave".

"On porte atteinte à l'intégrité d'un joueur, qui est notre joueur majeur, trois jours avant un match de Coupe d'Europe. Il y a une pénalisation qui est très forte", a encore regretté JMA.


Comment a réagi Michel Aulas ?


"C'est la première fois que je vois un joueur blessé par ce type d'agissement qui est complètement inconcevable", a réagi samedi le président de l'OL, Jean-Michel Aulas. " Quand on touche à l'intégrité des joueurs pendant le match, ça fait de la peine. Quand on touche à l'intégrité des joueurs par des faits de jeu extérieurs et, comme ça a été le cas, par des jets de projectiles, en l'occurrence des pétards et peut-être même une bombe agricole, c'est de la tristesse", a t-il déploré. 


Comme a réagi Michel Serin ?

"Dans presque tous les stades de France ce sont des incidents qui peuvent se produire. Parfois même, les plus ingénieux font pénétrer la poudre indépendamment du carton et reconstituent le pétard à l'intérieur du stade, donc c'est extrêmement compliqué à identifier. Vous savez comme moi qu'un pétard ça peut exister dans n'importe quel stade de Ligue 1 aujourd'hui. Il y a des situations qui échappent à toutes les mesures de prévention qu'on peut prendre", a, quant à lui, reconnu samedi le président de Metz Bernard Serin. 


Lyon accueille mercredi Séville pour tenter de se qualifier pour les 8es de finale de la Ligue des champions.

A lire aussi

Sur le même sujet

SMS de L. Wauquiez/ La réaction des lycéens

Les + Lus