Comment ce barrage est devenu un exemple de respect de la biodiversité

Après des années de conflit au moment du renouvellement de sa concession par EDF, des travaux de 20 millions d'euros et beaucoup de concertation, le nouveau barrage de Poutès dans les gorges du Haut-Allier fonctionne depuis deux ans. Il est une référence en termes de production hydroélectrique sur une rivière emblématique par la présence du saumon atlantique.

Le nouveau Poutès, en Haute-Loire, est un barrage minimaliste, fruit d'études poussées et d'une volonté de laisser libre cours à la rivière dès que nécessaire. Ce lundi 11 mars, après plusieurs jours de fortes pluies, les vannes sont abaissées, le barrage est transparent, les sédiments et les graviers s'écoulent naturellement : « C'est par ces deux vannes quand elles sont ouvertes que la rivière passe, que la petite retenue s’efface complétement et que les poissons et les sédiments peuvent passer au travers de l'ouvrage », explique Sylvain Lecuna, délégué territorial EDF Loire-Ardèche.

Des améliorations importantes

Construit en 1941, le barrage faisait au départ plus de 20 mètres de hauteur de mur, avec quatre vannes et une retenue d'eau de 3 km, un véritable bouchon. Il est désormais réduit à sept mètres de hauteur. La migration du saumon sauvage dont la population diminue inexorablement peut mieux se dérouler. Sylvain Lecuna se félicite : « Ce sont des améliorations importantes, notamment sur la dévalaison. Auparavant on avait des jeunes poissons en dévalaison, qui repartent vers la mer, qui mettaient plusieurs semaines à traverser l’ouvrage. Maintenant, ils passent en quelques heures. »

Collaborer avec des associations

Un comité de suivi piscicole composé d'ONG, d'associations de pêcheurs et d'élus participent aux décisions d'adaptation du barrage avec EDF et l'Etat : « Loire Grands migrateur en l'occurrence suit certaines stations à l’aval, détecte le passage des poissons et nous prévient qu’on doit se mettre en transparence », indique Sylvain Lecuna.

Un suivi scientifique

Les effets du nouveau Poutès sur le retour du saumon dans l'Allier se font attendre. Dans quelques jours, 350 000 alevins seront déversés en amont. Au-delà du saumon, cet ouvrage unique sert de laboratoire grandeur nature, explique Sylvain Lecuna : « Autour de Poutès, on suit collectivement tous les essais et les suivis scientifiques qui sont réalisés et qui vont permettre demain de mesurer au mieux le bénéfice environnemental produit par la reconfiguration du barrage ». Ouvrage sur mesure réaménagé en 2022 pour le saumon, Poutès produit l'équivalent de la consommation de 20 000 habitants, une goutte d'eau qui a pourtant valeur d'exemple pour la préservation de la biodiversité.