Haute-Loire : les clubs cyclistes veillent à la sécurité sur les routes

Publié le
Écrit par A.R avec Gérard Rivollier

Avec 3 accidents dont 1 mortel sur un total de 41 accidents en zone gendarmerie depuis le début de l’année, le risque pour les vélos reste encore limité sur les routes de Haute-Loire. Mais pour les clubs cyclistes, la question de la sécurité reste primordiale.
 

Avec 3 accidents dont 1 mortel sur un total de 41 accidents en zone gendarmerie depuis le début de l’année, le risque accident pour les vélos reste encore limité en Haute-Loire. Mais les deux derniers accidents coup sur coup impliquant des vélos, dont un mortel mercredi dernier à Brioude (Haute-Loire) ont conforté certains clubs cyclistes, comme celui de Brioude, dans leur volonté de faire de la sécurité une question primordiale. " On a une école de vélo depuis 2000 et notre premier travail c'est de leur expliquer qu'on doit respecter le code de la route, on doit rester bien à droite et rouler deux par deux. Les éducateurs sont très à cheval la dessus" confirme Gérard Cabantous le président du club. Pour autant, la crainte de l'accident demeure. " C'est les voitures qui arrivent derrière.., la voiture qui vous voit au dernier moment.., le coureur qui peut faire un écart , ça nous ait jamais arrivé, j'espère que ça n'arrivera jamais". Pour ce dirigeant, il faudrait aménager des pistes cyclables le long de certains grands axes  pour renforcer la sécurité des vélos.

 

Les cyclistes sont plus vulnérables sur la route 



Il faut garder à l’esprit que « les cyclistes sur la route sont particulièrement vulnérables » souligne François Delstrade. "La route c'est un espace de partage, les consignes de sécurité, s’appliquent à tous sans distinction » poursuit le Commandant de l’escadron départemental de sécurité routière de Haute-Loire. Des consignes qu'il résument ainsi :" le respect du code de la route , de la prudence et du bons sens « avec juste un rappel pour les vélos : le casque est obligatoire. » .

 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité