Haute-Loire : l’homme soupçonné d’avoir tué son voisin au Chambon-sur-Lignon mis en examen pour meurtre

Après qu’un homme de 62 ans a été retrouvé mort dans son appartement du Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) le 30 janvier, les soupçons se portent sur son voisin, un homme de 45 ans. Il a été mis en examen pour meurtre le 1er février.

L’homme soupçonné d'avoir tué son voisin samedi 30 janvier au soir, au cours d'une altercation au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire), a été mis en examen pour meurtre, a indiqué le parquet de Clermont-Ferrand lundi 1er février. L'homme, âgé de 45 ans, a été placé en détention provisoire et une information judiciaire a été ouverte pour meurtre, a précisé Eric Maillaud, le procureur de la République de Clermont-Ferrand.

Le voisin reconnaît avoir porté des coups

A ce stade, le suspect ne "reconnaît pas formellement être à l'origine du décès de son voisin" et "a seulement déclaré avoir porté quelques coups", sans plus de précision, selon le procureur. L'homme est soupçonné d'avoir tué son voisin âgé de 62 ans habitant l'appartement au-dessous du sien, retrouvé mort samedi soir chez lui par les pompiers. D'après les premiers éléments de l'enquête, le décès pourrait être consécutif à un traumatisme crânien, mais aucune précision n'a été donnée concernant l'origine de la dispute. Le parquet indique que les blessures mortelles "n'ont pas été provoquées par l'utilisation d'une arme".

La compagnie d'Yssingeaux en charge des investigations

Le suspect serait allé lui-même se confier à des habitants de cette commune de l'Yssingelais, qui ont prévenu les secours. L'homme qui n'avait pas pu être entendu au cours des premières heures de sa garde à vue, était semble-t-il alcoolisé. Sa garde à vue a été prolongée dimanche soir afin qu'il soit présenté lundi au parquet de Clermont-Ferrand, au pôle criminel de l'instruction. Une autopsie a été réalisée lundi 1er février à l'Institut médico-légal de Saint-Etienne. Le parquet du Puy-en-Velay a confié les investigations à  la compagnie d'Yssingeaux.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers violence