Pourquoi les urgences de l’hôpital du Puy-en-Velay ferment partiellement la nuit

Les urgences de l’hôpital du Puy-en-Velay ont fermé leurs portes la nuit du 16 au 17 avril et fermeront à nouveau la nuit prochaine. Depuis l’été dernier, c'est la troisième fois que la situation se produit. L'hôpital a du mal à recruter du personnel médical.

Le pronostic vital des urgences de l’hôpital Emile-Roux du Puy-en-Velay est engagé. Le service, à bout de souffle, manque de médecins urgentistes. Une pénurie chronique aggravée depuis l’application début avril de la loi RIST. Les médecins intérimaires ne répondent plus aux appels des hôpitaux. Leur salaire est plafonné à 1300 euros brut par jour, alors qu’ils pouvaient négocier, jusqu’à 3 fois plus auparavant. Julien Alliran, chef de service des urgences et du Samu, explique : « C’est compliqué pour tout le monde parce que le sous-effectif fait qu’on a plus d’heures supplémentaires, on est plus fatigués, y compris pour les équipes infirmières qui ne sont pas en sous-effectif mais qui doivent faire avec le sous-effectif médical ».

10 professionnels de santé qui manquent à l'appel

Au total, le service des urgences manque de 10 professionnels de santé pour prendre en charge les patients plus rapidement. Une patiente indique : « Cela fait déjà une heure que j’attends pour ma maman. Elle a un médecin généraliste mais il n’est pas là actuellement. On est obligés de venir aux urgences ». Une autre ajoute : « Je pense que cela fait au moins deux heures que j’attends pour ma tante. Cela commence à faire un peu long, surtout que ma tante a 90 ans. Pour moi ça va, je passe le temps, mais pour elle, c’est plus compliqué ». 

Un central téléphonique bientôt mis en place

Pour soulager les urgences, l'hôpital du Puy-en-Velay compte mettre en place un service d’accès aux soins avant l’été. Jean-Marie Bolliet, directeur du centre hospitalier Émile-Roux, souligne : « Il faut qu’on puisse réellement orienter vers l’hôpital des personnes qui en ont besoin, à travers un central téléphonique qui va réguler les appels, qui orientera vers l’hôpital les patients qui en ont besoin et qui trouvera, en ville, une consultation pour des personnes qui en ont besoin, en ce qui concerne la médecine de ville ». Afin de garantir la prise en charge des urgences vitales, la nuit prochaine du lundi 17 au mardi 18 avril, le centre hospitalier Emile-Roux demande à la population d’appeler le 15.