• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

AlpsMan : à seulement 22 ans, il participe au triathlon de l'extrême, à Annecy

La 4e édition de l'Alpsman a lieu les 8 et 9 juin. Photo d'archives. / © Jordan Guéant / France 3 Alpes
La 4e édition de l'Alpsman a lieu les 8 et 9 juin. Photo d'archives. / © Jordan Guéant / France 3 Alpes

Le départ de l'AlpsMan sera donné samedi 8 juin à Annecy. Les meilleurs pourront espérer sonner la fameuse cloche à l'arrivée du triathlon de l'extrême. La fonderie Paccard, qui confectionne la cloche de l'arrivée, verra l'un des membres de sa famille, Thomas, tenter l'expérience à seulement 22 ans.

Par A.A.

L'AlpsMan, c'est un triathlon XXL. L'épreuve commence par 3,8 km de nage, puis 180 km à vélo dans le massif des Bauges et pour finir, une course qui se termine au sommet du Semnoz. La 4e édition de la compétition de renommée internationale aura lieu les 8 et 9 juin, à Annecy.
 

Les meilleurs sportifs auront l'honneur de sonner la fameuse cloche à l'arrivée, il faudra l'agiter avant 17h30 pour pouvoir terminer la course par 1200 mètres de dénivelé jusqu'au sommet du Semnoz. Une cloche confectionnée par la famille Paccard : "On prête la cloche qui est sonnée par les top-finishers", explique Thomas Paccard. A 22 ans, il va tenter l'aventure pour la première fois.
 

"C'est de la folie"

Le jeune homme prépare la compétition tout en jonglant entre ses études d'ingénieur, son stage dans l'entreprise familiale et dès qu'il le peut, l'une de ses multiples passions, comme le chant. Une passion qu'il partage avec sa mère, Anne Paccard. Elle soutiendra son fils ce week-end même si le format de la course ne la rassure pas beaucoup. "Pour moi, c'est de la folie. Je lui ai posé trois conditions : qu'il prenne un avis médical, qu'il s'entraîne sérieusement et qu'il n'en fasse qu'une. C'est la première et la dernière fois", souligne Anne Paccard. 

Thomas, lui, envisage l'AlpsMan comme une grande balade, un peu difficile, un rien extrême. "Le fait que ce soit un triathlon, ce n'est pas cassant. Ce serait l'ultra-trail du Montblanc, je finirais sur les genoux mais là, je ne pense pas me faire mal", avance le jeune homme. Il a tout de même quelques craintes sur la partie vélo, pour le reste il est prêt à tout donner et à foncer tête la première. 
 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

A Moulins, le boom de la vente en vrac

Les + Lus