Haute-Savoie : 65 000 euros d’amende et 3 mois de prison avec sursis pour avoir organisé une course de VTT dans une réserve naturelle

Publié le Mis à jour le
Écrit par Joane Mériot .

Le tribunal judiciaire de Bonneville a condamné les organisateurs du E-Tour du Mont-Blanc à une amende de 65000 euros et à trois mois de prison avec sursis pour avoir organisé une course de VTT à assistance électrique dans la réserve naturelle des Contamines-Montjoie, en Haute-Savoie.

Les faits se sont déroulés le 14 août 2020, de l’autre côté de la frontière, en Suisse. La station de Verbier organisait son festival autour du VTT à assistance électrique. Au cours de celui-ci se déroulait une compétition de VTT pour les élites : le E-Tour du Mont-Blanc. Une épreuve de 300 kilomètres réalisée autour du Mont-Blanc. "Les équipes en binôme d’athlètes sont passées au cœur de deux tourbières rares et surtout protégées de la réserve naturelle des Contamines-Montjoie, explique le parquet de Bonneville, détruisant les pieds d’une plante carnivore sensible : la Droséra à feuilles rondes."

Aucune autorisation de la préfecture

Autre problème, le balisage du parcours a été réalisé sur des arbres à la peinture indélébile. Surtout, aucune autorisation ni déclaration n’a été faite en préfecture.

"Après cette course, l’équipe du gestionnaire de la réserve naturelle des Contamines-Montjoie (Asters, Conservatoire d’espaces naturels de Haute-Savoie) a découvert sur le terrain les dégâts importants et probablement irréversibles, ajoute le parquet, et a alors dressé un procès-verbal à l’organisateur." Une enquête est ouverte.

Ce lundi 21 novembre, le tribunal judiciaire de Bonneville a rendu son jugement et a condamné l’association à 50 000 euros d’amende. Le représentant légal de la structure, Nicolas Hale-Woods, a lui été condamné à une amende de 15 000 euros, à trois mois de prison avec sursis et l’interdiction d’organiser une manifestation similaire pendant un an.

Sanction "exemplaire"

Le tribunal judiciaire de Bonneville tient à rappeler qu’elle exerce une politique pénale ferme en ce qui concerne les atteintes faites à l’environnement : "Cette condamnation exemplaire concerne un espace naturel protégé à très haute valeur patrimoniale". Et d’ajouter : "Organiser un événement sportif dans une réserve naturelle est possible si les étapes de concertation et de demande d’autorisations sont respectées, ce qui évite des dommages irréparables à la nature, comme cela a malheureusement été le cas pour cette épreuve."

De son côté, l’organisation de l’E-Tour du Mont-Blanc a pris connaissance du jugement du tribunal de Bonneville et confirme faire appel. Car pour elle "le parcours emprunté ne présente aucune interdiction de circulation aux vélos ou vélos électriques."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité